Accueil » ACTUALITE » Violences basée sur le genre au Nord-Kivu : l’UNFPA documente plus de 18 000 cas de janvier à septembre 2020

Violences basée sur le genre au Nord-Kivu : l’UNFPA documente plus de 18 000 cas de janvier à septembre 2020

Le fond des Nations-Unies pour la population (UNFPA) a documenté plus de 18 000 cas de violences basées sur le genre dans la province du Nord-Kivu dans un espace d’au moins 9 mois de l’année en cours. Révélation faite à la presse de Goma ce lundi 7 décembre 2020 au cours d’un café de presse tenu au Bureau de l’UNPC.

À en croire le chef de Bureau de cette agence des Nations-Unies, l’UNFPA a en collaboration avec le gouvernement congolais mis en œuvre sous le financement du Canada, plusieurs programmes notamment celui dénommé « lutte contre les violences basées sur le genre, justice, autonomisation et dignité de filles et femmes en RDC » et ce dernier vise à réduire les violences basées sur le genre (VBG), à renforcer le pouvoir et la résilience de survivants et survivantes à travers une prise en charge et renforcer la coordination au niveau national dans la perceptive de l’appropriation nationale. À lui de préciser que plusieurs personnes ont durant cette période allant de janvier à septembre, bénéficié de la prise en charge médicale et psycho-sociale au sein de centres intégrés du service Multisectoriel.

Assuré par le ministère du genre et exécuté par l’UNFPA, ce programme couvre cinq provinces du pays à savoir ; Kinshasa, Kasaï central, Nord et Sud-Kivu et Ituri dans le souci de bouter hors de temps de nuire les violences basées sur le genre au pays pendant cette période de Covid-19.

Nous sommes dans une province, les donnés que nous avons de janvier à septembre 2020, nous avons enregistré plus de 18 000 cas. À travers, le mécanisme communautaire, 127 cas de VBG ont été identifiés et pris en charge. Plus de 600 personnes ont bénéficié de la prise en charge médicale et psycho-sociale.” a dit le chef de Bureau de l’UNFPA Nord-Kivu.

Présente à ce café de presse, la ministre provinciale de genre, famille et enfants a de son côté, indiqué que les atrocités rebelles devenues récurrentes dans cette partie de la RDC, ont plus favorisé la violence basée sur le genre.

Pélagie UWAYO KABANO a en outre estimé que suite à la persistance de l’instabilité socio-économique notamment dans les territoires les plus touchés au Nord-Kivu à l’instar de Beni-Lubero et Nyiragongo pour ne citer que celles-là, les filles se sont livrées à l’exploitation sexuelle par des adultes pourtant censés assurer leur protection.

C’est de cette situation que le phénomène maison de tolérance a tiré son origine. Pour faire face à cette pratique, le gouvernement de notre pays a mis en place une série de tests et programmes pour réduire sensiblement ces violences. En province, nous avons par exemple, le groupe thématique genre.” a-t-elle martelé avant de lancer un vibrant appel à toutes les couches tant politiques que sociales à se lancer dans la sensibilisation pour la lutte contre les violences basées sur le genre afin d’en mettre définitivement fin.

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

IXes jeux de la Francophonie : Yvettes Tabu nommée commissaire adjointe en charge de la culture et arts

C’est Kasongo Mwema Yamba Yamba, porte-parole du Chef de l’État qui l’a annoncé sur la ...