Accueil » ACTUALITE » Tribune : A Monsieur le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba

Tribune : A Monsieur le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba

Il est encore grand temps de partir la tête haute.

​ Monsieur le Premier ministre,

La haute fonction que vous exercez vous confère en dehors de​ vos capacités intellectuelles une stature d’un grand homme d’état qui ne peut se confondre avec celle​ du commun des mortels.​

Cette fonction est noble et unique après celle du Chef de l’état. Sa prestance exige de la classe. Et en toutes circonstances, elle doit être honorée.!

C’est sûr que de nature taciturne, vous vous exprimez rarement, alors de grâce, faites de sorte que lorsque vous vous exprimez, que vous le fassiez avec élégance, avec caractère et allure.

Vos dernières sorties sur la scène politique laisse entrevoir un premier ministre louvoyant, ondoyant, hésitant, un homme indécis aux abois ne sachant exactement pas quels mots utiliser, quelles sont ses prérogatives et au delà, un homme pris dans ce puissant tourbillon qui donne de tournis dont seule la politique détient le secret.​

Quand JP Bemba amène sa famille à la manifestation organisée par Lamuka, comme s’ils​ allaient à la kermesse sans rencontrer les chars qu’il promettait aux autres, lorsque Kaleve vient manifester en compagnie des amis, comme s’ils étaient à une partie de pétanque, quand Mwilanya​ et consorts sortent manifester dans les rues de Kinshasa en toute quiétude, Quelle Victoire, quelle grande leçon de démocratie!​

Les locataires du FCC bénéficient des faveurs qu’ils étaient loin d’accorder aux autres qui jusqu’à ce jour, se​ contentent seulement à compter les morts. La débandade est totale, et le bateau FCC prend sérieusement l’eau!

Cette déliquescence politique fait douter chacun de votre capacité de reprendre les rênes de l’exécutif et de conduire le pays avec cohérence, avec flegme et sérénité en dehors de ces eaux troubles qui envahissent le pays.

Les déclarations politiques adressées au Président de la République​ ne sont pas seulement un simple manquement protocolaire, pire, cela démontre un manque de moralité notoire de la part d’un homme politique de votre trempe qui ne doit pas se faire conduire par les émotions.

La préoccupation devient sérieuse quand on pense que malicieusement​ il y a des forces obscures qui vous poussent dans le dos, et l’on sait qu’en réalité vous ne protestez pas contre ces fameuses ordonnances présidentielles dont la légalité ne peut être mise en cause, par contre vous obéissez à la logique perverse de ceux qui vous incitent à entretenir ce climat de confrontation entre les deux composantes de la coalition dans laquelle malheureusement vous même vous n’y croyez plus.​

La légitimité, la force des textes ne​ sont plus du côté de vos coreligionnaires, et que le centre de gravité se soit déplacé, est une évidence indéniable et vous êtes la personne la mieux indiquée​ pour le constater. Les incohérences et les contradictions prouvent bien la panique qui règne à bord du navire. C’est triste​ et pathétique de constater qu’au lieu de prendre de la hauteur, une position ferme, vous cherchez très maladroitement à résister avec des arguments puériles. La vague qui déferle sur le pays est comparable à un imprévisible tsunami. Tout le monde lit, tout le monde devine ce que sera la suite, les choses sont enclenchées et la situation est devenue irréversible.

Plus personne n’acceptera de baisser le font devant l’injustice à laquelle le pays a fait face.

Acceptez que cette guerre est plus forte que vous. les tireurs de ficelles qui sont ailleurs vous regardent vous​ faire lyncher politiquement jusqu’à ce que exsangue, ils vous laisseront tomber comme une mangue pourrie. Vous serez étonné vous même de la façon​ dont ils vous​ auront simplement manipulé!

N’attendez pas le moment où tout ce monde criera de​ vive voix et à tue-tête à votre dégénérescence​ sénile comme si pour vous, complice, ne vous rendez pas compte qu’il est grand temps d’arrêter cette comédie..

Le prof.Lunda Bululu en son temps, avait démissionné, tout le monde en parle en exemple

Monsieur Luamba,​ ​ ex président de la Cour Constitutionnelle, a démissionné, et il ne s’en porte pas si mal..

Monsieur le Premier Ministre, ne vous laissez pas ridiculiser, ballotter au gré des vagues, l’horloge tourne…​

Délivrez-vous de cette mafia !

Libérez-vous de ce carcan, claquez la porte, vous en sortirez grandi car il est encore temps.!

Kabeya Kandolo Muhemba

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Grève à l’Unikin : l’APUKIN demande aux professeurs membres de ne pas enseigner dans d’autres universités

L’APUKIN, l’Association des professeurs de l’Université de Kinshasa, interdit à tous ses professeurs membres d’enseigner ...