Accueil » ACTUALITE » Sud-Kivu : le péché de 317 familles, c’est d’avoir construit sur des terres appartenant à Joseph Kabila

Sud-Kivu : le péché de 317 familles, c’est d’avoir construit sur des terres appartenant à Joseph Kabila

Près de 317 familles se retrouvent sans maison à Mbobero dans la province du Sud-Kivu, pour avoir construit sur des terre appartenant à Joseph Kabila. De 2015 à ces jours, cela fait au total 4 quatre démolitions des maisons dans ce coin du pays.

Ces victimes affirment avoir acheté ces espaces, mais ne comprennent cependant pas cet acharnement contre elles.

« Depuis 2015, nous avons connu 4 démolitions de nos maisons sans rien nous dire, brutalement sauvagement comme ça. Même l’hôpital a été détruit, on ne sait plus comprendre le pourquoi. Ça fait 4 ans que nous souffrons, nous sommes dehors, nous sommes en train d’errer par-ci par-là dans la nature, et nous voulons rentrer chez nous », a dit à la RFI, Baguma Kameme, un villageois de Mbobero.

En effet, les victimes sont entrées en contact avec les nouvelles dirigeantes de la province, ne serait-ce que pour voir leurs pertes compensées.

« Une delegation de l’Assemblée provinciale est partie avec notre mémorandum qu’elle va déposer auprès du président. Ils ont demandé une grâce d’attendre un peu la concertation avec le président actuel, pour qu’il nous donne une solution durable », a ajouté l’un des victimes.

Ces habitants revendiquent leur droit le plus légitime, celui de voir leurs maisons reconstruites, mais également l’unique hôpital qu’ils avaient et des églises, tous démolis. Ils manquent également du courant et de l’eau.

Pour rappel, c’est depuis 2015 que les habitants du village de Mbobero, dans l’Est de la RDC ont assisté sans défense à la démolition progressive de leur village par la garde républicaine de l’ancien régime . Celle-ci ont dit agir au nom de Joseph Kabila, désormais ex président de la République. Le précité aurait acheté les terres de ce village, situé dans le Sud-Kivu. Par conséquent, les villageois ont l’obligation de quitter leurs terres sans compensation.
Selon d’autres sources, il y a eu l’implication des acteurs politiques proche de Joseph Kabila, notamment Norbert Bantitima Basengezi, vice-président de la Commission électorale nationale indépendante.

Louange vangu-ACTU24.CD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Parti politique : Nadin Mfutila, nouveau secrétaire général de l’ECO

Le président national du parti politique Engagement pour le Congo (ECO), l’ancien gouverneur de la ...