Accueil » ACTUALITE » Retrait de la Monusco à Butembo : les propos du Gouverneur militaire remis en cause (réaction)

Retrait de la Monusco à Butembo : les propos du Gouverneur militaire remis en cause (réaction)

Quelques heures seulement après l’annonce faite par le Gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu faisant état du départ de la Monusco de la ville de Butembo ; la Monusco a réagi et remet en cause ces propos.

Au cours d’un point de presse qu’il a animé jeudi 18 août 2022 à Butembo, le lieutenant-général Ndima Kongba Constant a annoncé le départ de la Monusco de cette ville et en a appelé la population à laisser libre passage à cette mission Onusienne lors de son retrait.

« En ce qui concerne le départ de la Monusco, nous avons parcouru cette problématique. La Monusco est déjà partie. Pour des équipements encore dans la ville, nous allons nous réunir à Goma avec les représentants de la mission, pour voir comment les évacuer. Il y avait une mauvaise attente. Je ne vois aucune raison pour qu’il y ait encore des troubles. Et pour le processus de désengagement de la Monusco de la République démocratique du Congo, le processus, je vous le dis, est déjà en cours » a dit l’autorité provinciale.

Cependant, ces déclarations du gouverneur militaire du Nord-Kivu ont été remises en cause par Ndèye Khady, porte-parole intérimaire de la Monusco. Pour elle, il n’est pas question du retrait, mais plutôt d’un redéploiement temporaire de certains des équipements de la Monusco vers un autre site.

« La Monusco ne quitte pas Butembo. Après des consultations engagées avec les autorités locales et nationales. La mission procède à un redéploiement temporaire de son personnel à l’extérieur de Butembo » a-t-elle précisé.

Retrait ou redéploiement ?

Pour le gouverneur militaire, le ministère de la Défense a tout prévu pour la mobilité des forces de défense et de sécurité afin de sécuriser la ville commerciale de Butembo et d’encadrer la mission Onusienne lors de son départ de la ville.

« Les forces de défense et de sécurité vont encadrer cette sortie peut-être dans les heures ou dans les jours à venir ».

Pour la porte-parole a.i de la Monusco, l’ONU en RDC reste engagée à poursuivre son mandat de protection des civils conjointement avec les forces de défense et de sécurité congolaises à Butembo et partout au Nord-Kivu.

La Monusco est ces jours, sous pression de la population congolaise qui l’exige de quitter le pays suite à ce qu’elle qualifie de passivité dans la situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Orientale de la République démocratique du Congo.

D’après le gouvernement congolais, 36 personnes étaient tuées lors des manifestations anti-Monusco dans les provinces du Nord et Sud-Kivu.

Elias Aungama depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...