Accueil » ACTUALITE » Résurgence du M23 au Nord-Kivu : le député Tembos Yotama adresse une question orale avec débat à Sama Lukonde

Résurgence du M23 au Nord-Kivu : le député Tembos Yotama adresse une question orale avec débat à Sama Lukonde

Le député national Tembos Yotama a déposé au bureau de l’Assemblée nationale ce mardi 31 mai 2022, une question orale avec débat adressée au Premier ministre Sama Lukonde sur la problématique de la résurgence du Mouvement du 23 mars (M23) soutenu selon plusieurs sources, et même selon le gouvernement congolais par le Rwanda, dans la province du Nord-Kivu sous l’état de siège.

Cet élu du Nord-Kivu qui reconnaît la bravoure des militaires des FARDC sur la ligne de front, estime que Sama Lukonde Kyenge, chef du gouvernement congolais doit s’expliquer sur certaines questions relatives à cette situation.

« Excellence Monsieur le Premier ministre, l’opinion nationale ne cesse de s’interroger sur le motif des faiblesses relevées dans la conduite des opérations contre les ennemis de la paix et de la sécurité dans l’ensemble de la partie Est du pays. L’opinion note par exemple, qu’à chaque fois que les troubles surviennent dans la partie Orientale du pays, particulièrement dans le territoire de Rutshuru, il n’y a que le gouvernement congolais qui se précipite au mécanisme de vérification comme si le pays ne dispose pas des moyens pour contraindre l’ennemi à ne plus s’hasarder à mener des actions contre notre peuple » a-t-il écrit.

L’élu de Butembo, Tembos Yotama auteur du rapport dénommé « Rapport Yotama » sur les massacres des civils dans les territoires de Beni, Irumu et Mambasa ; s’interroge par ailleurs, sur ce qu’il qualifie du silence du gouvernement congolais dans le cadre de rompre avec les relations diplomatiques avec le Rwanda qui d’après lui, sert de base arrière au M23.

« Aussi, pourquoi aucune action n’a jamais été entreprise pour rompre les relations diplomatiques avec le pays qui sert de base arrière aux assaillants d’autant plus que cela viole les engagements souscrits par les pays de la région, notamment dans le pacte international sur la région des grands lacs, l’accord-cadre d’Addis-Abeba et maintenant le pacte de non-agression et de la Défense commune des pays membres de la communauté des États de l’Afrique de l’Est. Bien plus, pourquoi le gouvernement éprouve des difficultés de citer nommément le pays visiblement connu comme provocateur, organisateur et financier des mouvements hostiles à notre pays ? » s’est-il interrogé.

Il sollicite par cette même occasion, au bureau Mbosso de faire parvenir sa correspondance au Premier ministre et lui faciliter cette démarche parlementaire.

Le calme revient progressivement depuis dimanche 29 mai dans les territoires de Rutshuru et de Nyiragongo au Nord-Kivu.

Elias Aungama depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Attaque de la prison de Kakwangura à Butembo : des morts enregistrés et des prisonniers évadés

La prison centrale de Kakwangura dans la ville de Butembo a été attaquée tôt le ...