Accueil » ACTUALITE » RDC : Un pays enchaîné après 58 ans d’indépendance

RDC : Un pays enchaîné après 58 ans d’indépendance

Au-delà de l’aspect banal et comique que revêt cette image, j’y vois de l’intelligence; de la résignation; de la déception; de la révolte bref, j’y entend un message, une interpellation. Coup de chapeau à l’auteur pour l’inspiration, c’est un penseur. C’est mon point de vue. Tout est communication sur lui. En tout cas, ce n’est pas un hasard. Sur son bras droit je vois l’acronyme « UN » qui veut dire Nations Unies: premier message. Sur son cou, un téléphone: 2ème message. Ses mains et pieds sont enchainés: 3ème message. Tout son corps est peint en couleurs du drapeau national: 4ème message.
Si je me permet de me projeter dans son esprit pour comprendre et décoder ses messages, j’arrive à ceci:

  1. 1) L’homme lui-même représente la RDC et le congolais qui, après son esclavage d’avant 1960, continue de subir une autre forme de colonisation avec cette histoire des Nations Unies qui nous donnent l’impression d’être une panacée à nos problèmes, alors que l’ONU en soi est un problème sérieux pour l’humanité et le Congo.
    2) Le téléphone Android au coup de l’homme est une autre forme de prison à partir de laquelle tous nos mouvements, toutes nos actions sont contrôlés et tous nos secrets connus instantanément par ceux-là même qui nous l’ont amené pour nous surveiller à distance. Alors que ce phone est fabriqué à partir des #minerais dits de « sang » issus de la RDC grâce à l’éfusion du sang humain et la corruption pour l’obtenir.
  2. 3) Les chaînes aux mains et pieds de cet individu aux couleurs de la RDC, prouvent à suffisance qu’en dépit du fait que nous déclarions que nous sommes « souverains, indépendants, intellectuels,… » nous continuons à subir encore cet esclavage intellectuel et spirituel qui est de surcroit très dangereux.
  3. 4) En somme, je constate que l’homme est triste, indigné et apparemment sans espoir. Un message très fort pour l’homme congolais. Qui peut le comprendre?
    Certains, en voyant ce Monsieur sur la rue avec cet accoutrement, ils seraient peut être tentés de le considérer comme un dévoyé et détraqué mental. Si ce qu’il a fait relève de la folie, en tout cas, j’aurais aimé être un tel fou.

C’est homme pouvait bien, s’il était artiste, dresser une sculpture avec tous ces messages codés et la placer dans un milieu public.
Non, il ne l’a pas voulu! L’homme s’est fait lui-même une Oeuvre d’art pour présenter la situation réelle du congolais au lieu de le faire comme si c’était de la fiction.
Sa position en dit déjà long sur note prétendu « développement ». Tel un monument, on constate que l’homme a un pas en avant et un pas en arrière. Comment un homme enchaîné aux mains et aux pieds peut-il se mobiliser aisément? Pas évident! Car, les chaînes retiennent sa marche et il ne peut que trainer les pas sinon, marquer les pas. A la lumière d’un tel message, comment un tel Congo peut prétendre à un quelconque développement? Impossible pour décoller et parler du développement avec ces chaînes, même 58 ans après.

J’aurais bien voulu rencontrer ce digne fils du pays qui a appelé la communauté congolaise à une telle prise de conscience en livrant ce spectacle d’apparence bizarre. J’aurais appris beaucoup de lui. Mais, comme je n’ai pas eu cette occasion, j’ai décidé de lui consacrer quelques minutes pour lui faire des éloges et nous exhorter à la prise de conscience collective de notre « être » et notre « devenir » pour enfin nous « prendre en charge ».

A partir de ce mois de juillet et pour le début de cette semaine qui commence, je dédie à toutes et à tous les congolais épris du sens de patriotisme de bien se remettre en question et réfléchir sur ce qu’il peut faire à titre individuel, pour changer la situation. J’y crois. Car, si une conscience et pensée individuelles deviennent collectives, personne ne peut arrêter un tel vent.

Par : arts.cd

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...