Accueil » ACTUALITE » RDC : suite aux violations des dispositions constitutionnelles, JB Kasekwa exige la levée de l’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri

RDC : suite aux violations des dispositions constitutionnelles, JB Kasekwa exige la levée de l’état de siège au Nord-Kivu et en Ituri

Alors que le bureau de l’Assemblée nationale a invité ce jeudi 16 septembre 2021, les députés à une plénière d’examen et de vote du projet de loi portant prorogation pour la huitième fois de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ; le député national Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa exige la levée de cette mesure exceptionnelle suite à ce qu’il juge de « violations des dispositions constitutionnelles et légales relatives aux prérogatives dévolues aux provinces ainsi qu’aux résultats qualifiés de négatifs sur le terrain ».

Dans un point de presse tenu ce jeudi 16 septembre dans la capitale congolaise, Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa élu de la ville de Goma chef-lieu du Nord-Kivu, a indiqué que les prorogations intempestives de l’état de siège s’inscrivent dans le cadre de la violation de l’article 220 car poursuit-il, celles-ci empiètent sur les prérogatives dévolues aux provinces.

L’élu de la ville volcanique, soutient que cela se justifie par le fait que cette mesure exceptionnelle visant le rétablissement de la paix dans les deux provinces concernées, n’a pas produit des résultats escomptés sur le terrain. C’est ainsi, qu’il en appelle à sa levée immédiate et sans conditions.

Proroger autant que possible ce régime d’exception alors que les résultats sur terrain sont décriés serait une violation de la constitution qui interdit toute forme de démarche visant à réduire les prérogatives constitutionnelles dévolues aux provinces et entités décentralisées. Les discours des autorités nationales cachent la gravité de la situation dans la région” a-t-il dit.

Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa estime par ailleurs, que les forces armées de de la République démocratique du Congo FARDC, sont à ces jours en mesure de mettre terme à tous les groupes armés négatifs dans la région à l’instar de la nébuleuse rébellion ADF, cela grâce précise-t-il, à l’amélioration des conditions de vie des éléments de l’armée régulière et la restauration d’un climat de confiance envers les populations locales.

Malgré l’entrée des combattants du M23 dans la ville de Goma en date du 20 novembre 2012 suivie du déplacement provisoire des institutions provinciales du Nord-Kivu à Beni, les FARDC n’ont pas eu besoin de l’instauration d’un état de siège pour remporter la victoire historique contre ce mouvement d’agression” a-t-il rappelé.

Tout en déplorant la montée de la criminalité urbaine notamment dans les trois villes de la province du Nord-Kivu, celui-ci, indique que selon son monitoring de la situation sécuritaire dans la région, la moyenne de personnes tuées par jour depuis l’instauration de l’état de siège est la plus élevée depuis 2018. Il dresse un tableau de 674 civils tués du 3 mai au 5 septembre dernier avec une moyenne de 5 personnes par jour aux côtés de dégâts matériels et d’autres civils portés disparus.

Au cours d’une plénière tenue, ce jeudi 16 septembre 2021, l’Assemblée nationale a prorogé, pour la 8ème fois, l’état de siège décrété dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. C’était après les amendements des députés nationaux proposés au nouveau projet du gouvernement présenté et défendu par la ministre d’État, ministre de la Justice et garde des Sceaux, Rose Mutombo.

Elias Aungama depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Kadima succède officiellement à Nangaa à la tête de la CENI

Le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, a investi ce vendredi les nouveaux membres de la ...