Accueil » ACTUALITE » RDC/insécurité à l’Est : 6 mois après l’adoption d’une série des recommandations à l’AN, le député Tembos Yotama écrit au Premier ministre

RDC/insécurité à l’Est : 6 mois après l’adoption d’une série des recommandations à l’AN, le député Tembos Yotama écrit au Premier ministre

Environs six (6) mois passés depuis l’adoption d’une série des recommandations formulées par l’Assemblée nationale suite à la situation désastreuse vécue dans la partie Est de la République démocratique du Congo et adressée au gouvernement central à travers le premier ministre, le député Tembos Yotama écrit à Sylvestre Ilunga afin de s’imprégner de l’exécution desdites recommandations.

Cet élu de la ville de Butembo qui s’indigne face à la situation sécuritaire qui devient de plus à plus préoccupante, a dans sa lettre adressée au premier ministre, estimé qu’à ce jour, les espoirs nés de prouesses réalisées par les forces armées loyalistes dans la neutralisation des rebelles ougandais de l’ADF, s’évaporent petit à petit, car précise-t-il, depuis un certain temps il ne se passe pas aucun jour sans qu’on enregistre de morts. Cela se justifie selon lui, par ce qu’il qualifie de relâchement de la part des Forces armées Congolaises dans les opérations dites de grande envergure lancées en octobre 2019 dans la région de Beni, un relâchement causé par une faible prise en charge des militaires engagés dans la traque des tous les groupes négatifs dans ce coin de la RDC.

En dépit des recommandations de l’Assemblée nationale adressées au Premier ministre, la situation reste précaire dans la région de Beni-Lubero. Face à ce tableau sombre, je voudrais bien savoir le niveau d’exécution des recommandations, vous adressées par la chambre basse du parlement. Et si dans l’entre-temps ces recommandations n’ont pas connu un début d’exécution, vous feriez œuvre utile d’indiquer les motifs de ce retard, ce qui permettront d’en tirer les conséquences et au besoin d’en établir les responsabilités”, a écrit de l’élu de Butembo, Tembos Yotama.

Parmi les recommandations, l’Assemblée nationale, figuraient selon nos sources, la dotation des militaires engagés dans la traque des ADF, des moyens financiers et logistiques efficaces et pouvant les permettre de mettre terme aux atrocités rebelles enregistrées nuit et jour dans la partie Est du pays.

Notons que la partie Est de la RDC reste sous menace de plusieurs groupes armés locaux, nationaux et étrangers. Et la situation sécuritaire y demeure catastrophique, car, caractérisée par de pillages de biens de la pauvre population, kidnappings, des tueries répétitives et autres violations graves des droits humains.

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

RDC : les groupes parlementaires du FCC rejettent tout report des prochaines élections

Dans une déclaration faite Mardi au Palais du peuple, les groupes parlementaires du Front commun ...