Accueil » ACTUALITE » RDC : Goma et Butembo ne jurent que par le départ de la Monusco

RDC : Goma et Butembo ne jurent que par le départ de la Monusco

La situation reste tendue dans les villes de Goma et celle de Butembo au Nord-Kivu ce mardi 26 juillet 2022. Des manifestations s’intensifient pour exiger le départ sans conditions de la Monusco qualifiée de passive dans la situation sécuritaire qui prévaut dans cette partie de la République démocratique du Congo.

À Goma par exemple, c’est depuis les heures matinales que plusieurs artères principales ont été barricadées par des manifestants rougis de colère suite à ce qu’ils qualifient de silence de la mission Onusienne dans l’insécurité dans la région. Au centre-ville, les activités socio-économiques tournent au ralenti. Des maisons de commerce restent hermétiquement fermées.

Au niveau de la base de la Monusco à la RVA à Katindo, des éléments de la police usent de gaz lacrymogènes pour tenter de disperser les manifestants déterminés à déloger les contingents de la Monusco de cette base logistique. Des sources non-officielles, parlent déjà d’un mort côté manifestants et de plusieurs blessés dans ces échauffourées.

Dans la commune de Karisimbi par ailleurs, l’axe Mutinga-Majengo reste bloqué suite aux barricades. Cette situation s’est intensifiée jusque dans une partie du territoire de Nyiragongo située au Nord de la ville de Goma. Le trafic reste toujours suspendu sur l’axe Majengo-Bon-Voyage-Kihisi jusqu’à la barrière dite « OPRP » entrée nord de Goma. Ici, des jeunes manifestants brûlent des pneus sur la chaussée paralysant ainsi, les activités socio-économiques.

Cependant, dans la ville de Butembo, la situation reste aussi tendue. Une vive tension s’y observe. Les manifestants se dirigent à la base de la Munusco à Bel-Air.

Des jeunes en colère se sont improvisés au stade André Van Vel où la société civile organisait un culte œcuménique en mémoire des victimes des affres de guerre dans la région de Beni. L’on signale des crépitements de balles dans la ville commerciale. La police intervient pour disperser les manifestants, mais sans succès ajoutent nos sources dans la région.

D’après le gouvernement congolais, au moins cinq personnes ont trouvé la mort dans les manifestations du lundi 25 juillet 2022 dans la ville de Goma chef-lieu du Nord-Kivu. Et plus de cinquante autres, ont été blessées.

Elias Aungama depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Affrontements FARDC-M23 à Rutshuru : une délégation gouvernementale dépêchée à Goma

Le gouvernement de la République démocratique du Congo a dépêché ce jeudi 3 novembre 2022, ...