Accueil » ACTUALITE » PALU: l’aile radicale du parti rejette la désignation de Godefroid Mayobo par Gilbert Kankonde

PALU: l’aile radicale du parti rejette la désignation de Godefroid Mayobo par Gilbert Kankonde

D’ores et déjà, l’aile radicale du parti rejette la décision de Gilbert Kankonde entérinant la désignation de Godefroid Mayobo, au poste de Secrétaire permanent a.i, soutenant que le VPM de l’Intérieur n’en a pas le plein pouvoir.

La succession à la tête du Parti lumumbiste unifié (PALU), divise cette formation politique des masses, affaiblie depuis plusieurs années à la suite d’une guerre de leadership. Qui succédera donc au défunt Lugi Gizenga, au poste de Secrétaire permanent et porte parole du Palu ? La question est pour l’instant sans réponse. Bien plus, les cadres du parti, divisés sur ce sujet, n’émettent pas sur la même longueur d’ondes. Bien au contraire. Les points de vue divergent.

Toutefois, le Vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, “indépendamment” du “choix” du Bureau politique du Palu, a cru mettre définitivement fin au suspense. Erreur ! Dans une correspondance adressée hier mercredi 29 juillet au chef du Palu, Gilbert Kankonde a dit prendre acte de la désignation de Godefroid Mayobo (par l’aile modérée ?), au poste de Secrétaire permanent a.i et porte-parole du parti. Ce, en remplacement de Mme Dorothée Gizenga, la fille biologique du défunt chef du Palu, Antoine Gizenga, décédé le 24 février 2019 à Kinshasa.

Dans sa correspondance, le patron de la Territoriale dit avoir agi, en conformité aussi bien à la loi portant organisation et fonctionnement des partis politiques qu’aux textes statutaires du Palu. Cependant, cette décision du vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières est rejetée par l’aile radicale (familiale ?) du Palu qui soutient qu’il n’appartient pas au ministre de l’Intérieur de désigner le Secrétaire permanent de leur parti.

UNE CRISE EN GESTATION ?

Pour ces radicaux, au nombre desquels se trouvent des membres de famille de feu le patriarche Antoine Gizenga, seul le Bureau politique du Palu est fondé de désigner le porte-parole du parti. Ce, à l’issue d’un congrès à convoquer par le Secrétaire permanent a.i sortant. Donc, Mme Dorothée Gizenga, fille de son défunt père. Opposant à la décision de Gilbert Kankonde, l’argument d’une “succession légitime”, cette dame en appelle à la tenue d’un congrès extraordinaire du Palu pour vider, de toute substance, la brûlante question de désignation du secrétaire permanent et porte-parole du parti, depuis peu au cœur d’un conflit d’intérêts.

Par ailleurs, ces mêmes membres du Bureau politique accusent Gilbert Kankonde d’avoir été induit en erreur par les pro-Mayobo. “Le VPM a certainement tablé sur base des soubassements non motivés que lui ont envoyés ceux qui lui ont transmis le nom de Godefroid Mayobo”. Ce groupe soutient que les instances dirigeantes habilitées du parti ne se sont jamais réunies pour désigner un quelconque Secrétaire permanent. Bien au contraire, on continue plutôt à attendre que le parti fixe la date de la tenue de son Congrès pour élire son nouveau Secrétaire permanent. Moralité, “l’acte posé par Gilbert Kankonde est anti statutaire et déclaré nul et de nul effet”, jugent les mêmes membres du Bureau politique du Palu, très opposés à Godé.

S’agissant de la tenue du congrès, Godfroid Mayobo dit ne pas du tout s’y opposer. Cependant, il ne digère pas que ce rassemblement stratégique du parti soit convoqué par Mme Dorothée Gizenga, faute de qualité. Tout le problème semble donc être là.

Qui, de Godefroid Mayobo ou de ses contestataires a raison ? Gilbert Kankonde a-t-il réellement été induit en erreur ? Autant de questions que se posent sans doute, de nombreux partisans de ce parti d’idéologie socialiste, qui totalisera ses 56 ans d’existence en août prochain. Toujours est-il que le sujet n’est peut-être pas là.

PALU UN NAVIRE SANS GOUVERNAIL ? 

Vu de nombreux observateurs, cette énième impasse est de trop pour un parti des masses comme le Palu, détruit selon eux de l’intérieur par un noyau tribalo-ethnico-provincial qui l’a préempté pendant plusieurs années. Tout a donc commencé au moment où le nonagénaire chef du parti, Antoine Gizenga, n’était plus en capacité physique et intellectuelle de gérer le parti. C’est alors qu’un petit groupe de membres du parti, proche-parents de Mbuta, avaient commencé à poser des actes ne concourant nullement à l’affermissement de cette formation politique, considérée qu’il ya quelques années, comme étant le parti le mieux structuré autour d’une idéologie claire.

Malheureusement, au crépuscule de la vie de son icône Antoine Gizenga, le Palu ressemblait à ce gros navire sans gouvernail qui prenait l’eau de toutes parts. Bien en illustrent, des départs en série, de certains cadres du parti, accusés à tort ou à raison, de vouloir aller à contre-courant des idéaux du Palu. Figurent sur la liste, Adolph Muzito, et Mme Laure Kawanda, pour ne citer que ces deux cas.

De l’avis de plusieurs analystes, la cacophonie observée hier au Palu à la suite de la décision de Gilbert Kankonde, est le couronnement, sinon la suite logique de la “confusion” qui a régné au sein de ce parti après le décès, le 2 juin 2020, de Gizenga junior, qui assumait les fonctions de Secrétaire permanent et porte-parole du parti, après la retraite politique de son géniteur Antoine Gizenga Funji.

On rappelle qu’près cette vacance au poste de Secrétaire permanent et Porte-parole, un groupe de membres du Bureau politique avait désigné le doyen Sylvain Ngabu comme Secrétaire exécutif faisant fonction de Secrétaire permanent et Porte-parole, en attendant la convocation du Congrès du parti. Ce choix fut contesté par Godefroid Mayobo, jugeant la démarche non conforme aux prescrits des Statuts du parti.

Pour justifier son objection à la désignation de Sylvain Ngabu, Godefroid Mayobo, ancien Ministre près le Premier ministre Antoine Gizenga en 2007, soutient qu’après le vide créé par la mort du Secrétaire permanent et Porte-parole Lugi Gizenga, il aurait fallu, avant toute chose, procéder à la désignation du Secrétaire exécutif pour gérer le parti jusqu’à la convocation du Congrès. Selon lui, ce poste revenait au membre du Bureau politique ayant la préséance. Donc, lui-même.

“MAYOBO A L’ETOFFE ET LA LEGITIMITE”

Sans s’immiscer dans cette guerre de leadership qui déchire le Palu, des analystes indépendants soutiennent formellement que Godé a le profil nécessaire pour occuper le poste de Secrétaire permanent et porte-parole du Palu. “Il a l’étoffe et la légitimité, pour avoir été longtemps aux côtés d’Antoine Gizenga, comme Adolphe Muzito. La plupart de ceux qui lui font la guerre à ce jour, sont des ouvriers de la 24ème heure. Des personnes qui ont adhéré au parti juste au moment où ce dernier a accédé au pouvoir en 2007”, postulent les mêmes analystes.

Peu importe ce que pourrait lui reprocher ses adversaires en interne, Godefroid Mayobo, tout comme Adolphe Muzito, avaient toujours cheminé avec le “Vieux”. Surtout pendant la période de plomb du régime dictatorial du défunt “roi” du Zaïre, le Maréchal Mobutu.

La séquence d’hier montre bien que Godefroid Mayobo bénéficie du soutien moral de Dovel Mpango, ancien Secrétaire permanent adjoint du parti sous Antoine Gizenga. C’est lui qui a lu hier devant un groupe de militants enthousiasmés du parti, la décision de Gilbert Kankonde, entérinant la désignation de Godé au poste de secrétaire permanent a.i et porte-parole du Palu.

Il faut cependant rappeler que depuis quelques années, les radicaux du Palu ont soupçonné Godefroid Mayobo, originaire de Bagata, dans le Kwilu, de vouloir créer son parti politique. Ceci expliquerait-il cela ? Plutôt que de se lancer dans des querelles intestines et infertiles, le bon sens commande que les cadres du Palu travaillent profondément dans le sens de redynamiser le parti, après la disparition de son créateur Antoine Gizenga.

Pour la petite histoire, le Parti lumumbiste unifié a été créé en 1964, inspiré par les idées nationalistes et socialistes de Patrice Lumumba. On reconnait à ce parti, sa lutte acharnée contre le bradage du pays à des intérêts extérieurs, notamment occidentaux. En juillet 2006, le parti remporte 34 sièges à l’Assemblée Nationale lors des élections législatives, et son candidat Antoine Gizenga, obtient la troisième place avec 13,8 % des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle. À l’issue des législatives de 2011, le Palu chute avec 17 sièges seulement à l’Assemblée Nationale. Lors de l’élection présidentielle de 2011, le parti d’Antoine Gizenga choisit de soutenir la candidature du président sortant Joseph Kabila.

Grevisse Kabrel, Kandol M. et Mabandu R.
Forum des As / MCP
/ ACTU24.CD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19/port obligatoire de masque à Goma : plusieurs personnes tombent dans le filet de la police

En marge du premier jour du bouclage organisé par le gouvernement provincial du Nord-Kivu pour ...