Accueil » ACTUALITE » Nord-Kivu : Thomas d’acquin propose la création d’une cellule vérités et réconciliation

Nord-Kivu : Thomas d’acquin propose la création d’une cellule vérités et réconciliation

Thomas d’acquin Mwithi, porte-parole national de la société civile forces vives de la RDC, prenant part au dialogue social entre les communautés vivant au Nord-Kivu, organisé par l’exécutif provincial, invite le gouverneur de la province à mettre en place une cellule dite de vérité et de réconciliation sur l’ensemble de la province du Nord-Kivu.

Au cours d’une interview accordée à la presse ce jeudi, celui-ci justifie sa proposition par le temps accordé à ce dialogue social dit sans tabou, qu’il juge d’insuffisant. Il estime que cette “cellule de vérités et réconciliation” pourra également avoir l’objectif de s’occuper que de la vérité qui amènera selon lui, toutes les communautés du Nord-Kivu à la résolution de certains conflits entre les communautés vivants dans cette partie Est de la République démocratique du Congo.

“Si nous voulons être libres, ou avoir la démocratie dans notre pays, la première chose, c’est la vérité. Ce que je crains, c’est le temps. Vous dites qu’on va se dire la vérité, mais les trois jours choisis par le gouverneur sont insuffisants. C’est pourquoi je propose au gouverneur de province à créer une cellule de vérité et réconciliation en province. S’il y a par exemple une recommandation allant dans le sens de dire, est-ce que nous ne pouvons pas aussi associer les groupes armés, il faut qu’il ait une cellule qui prépare et qui ne sera pas une cellule politique, mais une cellule technique s’occupant que de la vérité”, a-t-il indiqué.

En outre, Thomas d’acquin Mwithi dénonce ce qu’il qualifie d’exclusion de certaines communautés dans ce dialogue social.

“Si les gens sont préparés à se dire la vérité et il n’y a pas la politique qui veut se mêler dedans, les choses iraient bien. Première invitation, autant des communautés, et ce matin, on trouve certaines communautés exclues, ça, c’est déjà une source de conflit”, a-t-il ajouté.

Dans son discours d’ouverture, Carly Nzanzu Kasivita, autorité provinciale a laissé entendre que ce dialogue social vise non seulement à amener toutes les communautés à identifier les causes des conflits en province du Nord-Kivu, mais également trouver quelques solutions palliatives à certaines défis auxquels font face les communautés du Nord-Kivu.

Notons que le dialogue dit social organisé par le gouvernement provincial du Nord-Kivu est à son premier jour ce jeudi 30 juillet 2020 à Goma. Plusieurs communautés y prennent part et le thème retenu est “dialogue des vérités pour notre propre avenir.”

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19/port obligatoire de masque à Goma : plusieurs personnes tombent dans le filet de la police

En marge du premier jour du bouclage organisé par le gouvernement provincial du Nord-Kivu pour ...