Accueil » ACTUALITE » Nord-Kivu : le Groupe Parlementaire AMK recommande à Félix Tshisekedi d’évaluer les opérations militaires en cours à Beni

Nord-Kivu : le Groupe Parlementaire AMK recommande à Félix Tshisekedi d’évaluer les opérations militaires en cours à Beni

Le Groupe Parlementaire de l’Alliance des Mouvements Kongo (AMK) décrit la persistance de l’insécurité grandissante sur l’ensemble de la province du Nord-Kivu et en invite le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi à procéder à l’évaluation des opérations militaires dites de grande envergure lancées depuis le 30 octobre 2019 dans la région de Beni où la rébellion ADF tuent nuit et jour, et cela, dans le souci de déceler les forces et faiblesses et de sanctionner positivement et/ou négativement ces militaires engagés dans ces opérations afin de prendre des dispositions adaptées à la gravité de la situation sécuritaire dans ce coin du Nord.

Outre cette recommandation, le Groupe Parlementaire AMK-Nord-Kivu a par le biais de son président, le député provincial Mbenze Yotama, au sortir d’une audience leur accordée par le ministre national de l’intérieur, formulé plusieurs recommandations contenues dans une déclaration adressée au président et au gouvernement national afin de trouver des solutions satisfaisantes aux nombreux défis auxquels le Nord-Kivu fait face.

Au chef de l’État :

  • De procéder à l’évaluation des opérations militaires en cours dans la région de Beni.
  • De Matérialiser, sa promesse de s’installer au Nord-Kivu afin de suivre de près l’évolution de la situation sécuritaire de la province.
  • De diligenter des enquêtes crédibles visant à identifier les égorgeurs et leurs complices et leur mettre à la disposition de la justice pour qu’ils répondent de leurs actes ignobles.
  • De procéder à la mutation de certains officiers militaires ainsi qu’à la relève des troupes engagées dans les opérations militaires depuis plus d’une année.
  • Identifier et sanctionner ces officiers militaires qui collaborent avec les groupes armés.
  • Mettre à la disposition des FARDC, une logistique conséquente et améliorer les conditions des militaires sur le champs de bataille.
  • Rendre opérationnel le programme DDRC et enfin, déclarer la région de Beni, zone sinistre avec toutes les conséquences y afférentes.

Il sied de rappeler que la situation sécuritaire qui prévaut dans la région de Beni en dépit des efforts consentis par les FARDC et des nombreuses promesses faites par le chef de l’État à la population de cette partie Nord du Nord-Kivu, préoccupe non seulement les familles victimes, mais aussi leurs représentants tant qu’au niveau provincial que national en sont inquiets. Cette situation reste caractérisée par des pillages de biens de la population, kidnappings répétitifs, tueries récurrentes et d’autres exactions commises par des groupes armés devenus plus qu’actifs ces derniers temps.

Le récent cas remonte le soir de jeudi 14 janvier 2021 dans la localité de Mwenda situé dans le secteur de Rwenzori en territoire de Beni. Le bilan encore provisoire de cette attaque attribuée aux rebelles ADF, fait état de deux civils blessés par balle et deux autres tués parmi lesquels un détraqué mental.

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Kadima succède officiellement à Nangaa à la tête de la CENI

Le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, a investi ce vendredi les nouveaux membres de la ...