Accueil » ACTUALITE » Nord-Kivu/AP : ouverture de la session ordinaire de mars dans un contexte particulier d’insécurité grandissante

Nord-Kivu/AP : ouverture de la session ordinaire de mars dans un contexte particulier d’insécurité grandissante

La session ordinaire de mars a été ouverte ce mardi 30 mars à l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu. Celle-ci s’ouvre pendant que la province fait toujours face à plusieurs défis liés notamment à l’insécurité et à la pandémie de Covid-19 aux côtés de la deuxième épidémie d’ebola dans sa partie Nord.

Dans son discours, le président de l’organe délibérant a invité le gouvernement Sama Lukonde qui sera bientôt mis en place, à faire de la situation sécuritaire caractérisée par des tueries répétitives, kidnappings, déplacements massifs des populations de cette partie de la RDC ; sa priorité.

Robert Abinshuti Seninga a soutenu que la multiplicité des groupes armés négatifs serait l’une des causes principales de la persistance de l’insécurité dans ce coin du pays. Selon lui, l’insuffisance dans l’encadrement des rendus ne favorise pas d’autres à déposer les armes, situation qui impacte poursuit-il, négativement sur la vie socio-économique de la paisible population.

“L’assemblée provinciale du Nord-Kivu condamne avec toute la dernière énergie tous les actes de barbarie et invite à cet effet, le gouvernement congolais à redoubler d’efforts en mettant à la disposition de nos FARDC les moyens nécessaires afin de leur permettre de faire face au défi sécuritaire de notre région. Il y a lieu, de conclure que les défis sécuritaires sont énormes” a-t-il dit.

Outre la situation sécuritaire, le président de l’Assemblée Provinciale a fait savoir que l’économie de la province du Nord-Kivu est secouée depuis plusieurs mois par les effets de la pandémie de Covid-19 et la MVE avec plusieurs conséquences néfastes.

Il réitère ainsi, l’appel lancé à la population par les spécialistes en santé, relayé par les autorités du pays, celui de mettre en pratique les mesures sanitaires édictées afin de couper la chaîne de toutes ces maladies meurtrières.

La situation sécuritaire demeure inquiétante sur l’ensemble de la province du Nord-Kivu en dépit des efforts consentis par les FARDC en collaboration avec la population. Des morts sont toujours enregistrées dans presque tous les territoires et sont pointés en premier lieu, les groupes armés négatifs à l’instar de l’Etat Islamique dans la région de Beni.

Elias Aungama, à Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Kinshasa : demander pardon à l’Assemblé provinciale pour saisir après la cour constitutionnelle, démarches contradictoires de Néron Mbungu

Le vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, Néron Mbungu a été déchu de son poste ...