Accueil » ACTUALITE » Meurtre de l’ambassadeur italien : les FDLR nient leur implication et citent l’armée congolaise et rwandaise comme auteures

Meurtre de l’ambassadeur italien : les FDLR nient leur implication et citent l’armée congolaise et rwandaise comme auteures

Les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) démentent catégoriquement les propos tenus par les autorités congolaises, les accusant d’être les auteurs de l’assassinat de l’ambassadeur Italien dans une embuscade tendue à un convoi du Programme Alimentaire Mondial (PAM) sur l’axe routier Goma-Rutshuru dans le territoire de Nyiragongo (Nord-Kivu).

Dans un communiqué rendu public le soir du lundi 22 février et exploité ce mardi par ACTU24.CD, les FDLR qui condamnent l’assassinat de l’ambassadeur italien accrédité en RDC, de son chauffeur et de son garde du corps, rejettent les accusations portées contre elles par les autorités congolaises d’avoir signé cette attaque contre le convoi de PAM.

“Les FDLR déclarent qu’elles ne sont en rien impliquées dans l’attaque qui a résulté en la mort de l’ambassadeur italien et demandent aux autorités congolaises et à la Monusco de faire toute la lumière sur les responsabilités de cet ignoble assassinat au lieu de recourir à des accusations hâtives.” a-t-on lu dans ce communiqué.

Cette même source précise que cette attaque a eu lieu non loin d’une position des FARDC et des militaires rwandais des forces de Défense rwandaise.

“Le responsabilité de cet ignoble assassinat est à rechercher dans les rangs de ces deux armées et leurs sponsors qui ont noué une alliance contre-nature pour pérenniser le pillage de l’Est de la RDC” ont ajouté les FDLR.

Il sied de signaler que le chef de l’État a immédiatement pris deux décisions quant à ce sujet ; l’envoi à Goma ce mardi, d’une équipe de la présidence en vue d’accompagner les équipes qui ont ouvert les enquêtes déjà sur terrain et l’envoi d’un émissaire du président de la République mardi à Rome, pour apporter la lettre personnelle au président du conseil italien.

Elias Aungama, à Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Insécurité à Beni : un autre cheikh et membre de la société civile tué à Mavivi

Un haut cadre de la communauté musulmane a été tué par des hommes armés non ...