Accueil » ACTUALITE » Mauvaise gestion du projet Bukanga Lonzo : « Il n’appartient pas à la Primature mais à l’entreprise responsabilisée de rendre des comptes » (M. Mponyo)
Augustin Matata Ponyo Mapon, ex premier ministre congolais

Mauvaise gestion du projet Bukanga Lonzo : « Il n’appartient pas à la Primature mais à l’entreprise responsabilisée de rendre des comptes » (M. Mponyo)

L’ancien premier ministre sous l’ère Kabila, Augustin Matata Mponyo, a ce lundi réagi sur les ondes d’une radio de la place, sur la polémique autour de la mauvaise gouvernance du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo.

Pour ce sénateur, « la Primature n’était pas impliquée dans la gestion financière du parc de Bukanga Lonzo ». « S’il y a eu mauvaise gouvernance, il n’appartient pas à la Primature encore moins au ministère de l’Agriculture ou des Finances mais à l’entreprise responsabilisée de rendre des comptes », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « le gouvernement avait signé un contrat avec une entreprise spécialisée dans le domaine et qui avait, selon ce contrat, la responsabilité technique et financière » de ce parc agro-inudustriel qui était situé dans la périphérie Est de la ville de Kinshasa.

À en croire cet ancien haut fonctionnaire de l’État congolais, deux audits sur le projet ont eu lieu. Lesdits audits étaient initiés par lui et réalisés par un cabinet de renom international et les rapports de ces audits existent.

Dans son adresse à la nation à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo, le Chef de l’État Félix Tshisekedi, faisant état de la situation économique actuelle du pays, n’a pas manqué de faire mention au projet parc agro-industriel de « Bukanga Lonzo ».

Quoi que l’on puisse dire, le président congolais pense que ce grand projet initié lors du mandat de son prédécesseur figure parmi ceux ayant occasionné d’importants coulages des ressources publiques en toute impunité.

Il sied de rappeler que le parc agro-industriel de Bukanga Lonzo a été créé en 2014 dans le cadre d’un partenariat public-privé entre le gouvernement et une société sud-africaine, Africom Commodities. Il devait utiliser 80 000 hectares de terres pour la production de maïs et d’autres cultures. L’État a dépensé près de 100 millions de dollars d’argent public dans le projet.

Actu24.cd

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19/port obligatoire de masque à Goma : plusieurs personnes tombent dans le filet de la police

En marge du premier jour du bouclage organisé par le gouvernement provincial du Nord-Kivu pour ...