Accueil » ACTUALITE » Massacres à l’Est du Congo : l’écrivain Tata N’longi adresse un message à Tshisekedi

Massacres à l’Est du Congo : l’écrivain Tata N’longi adresse un message à Tshisekedi

C’est ce dimanche que l’écrivain congolais Tata N’longi Biatitudes, auteur de deux recueils de poèmes et de la pièce de théâtre Bateki Mboka, a publié son texte sur son compte Facebook officiel, pour interpeller le président Tshisekedi sur son côté « président normal. » Intégralité.

C’est peu probable que le Président me lise, il doit être trop occupé pour ça. Mais il est certain que certaines personnes qu’il écoute me lisent. J’avoue que quand j’écris parlant du Président, je m’adresse un peu à eux.

Svp, dites au Président qu’on aime bien son personnage de Président « normal ». Mais que justement en tant que Président, il est un chef de famille, d’une grande famille. Et on veut justement un chef de famille normal.

Les morts il y en chaque jour, mais notre pays est devenu une terre de banalité pour des morts anormales, des massacres, des tragiques accidents, …

Ces faits sont des blessures dans nos cœurs, et même s’ils arrivent chaque semaine, on veut voir le Président triste, consterné et concerné à chaque fois.

Il a droit de se réjouir avec les siens, mais il n’a pas le droit de ne nous donner l’impression de ne pas être concerné, profondément, intimement, et personnellement par ces morts anormales et évitables, par ces drames à répétition.

Dites lui qu’à part vous et les nombreux partisans qui le défendront quoiqu’il arrive, il y a d’autres citoyens qui le voient comme le Président et qu’il blesse par ces silences, ces faux pas, ces embrassades avec l’ambassadeur (rwandais Vincent Karega, ndlr) le lendemain d’une déclaration controversée, sa photo à la fête le lendemain d’un éboulement des mines, d’un massacre en Ituri, quelques semaines après des meurtres d’enfants …

C’est vrai qu’on est un pays en malheur perpétuel, et qu’il peut paraître fatiguant de pleurer tout le temps. Mais en tant que Président d’un pays qui suinte de toute part, il est important de trouver le ton, et l’image qui sied et qui nous fasse sortir de la banalité des morts qui est devenue notre quotidien.

Oui pour un Président normal. Mais un Président qui porte la charge de nos pleurs, et s’il le faut cacher des joies personnelles pour ça, qu’il le fasse. Parce que c’est ce que ferait un Père de famille … normal.

Cordialement,

Un citoyen.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les détails du gouvernement sur l’opération policière “Road Bloc” à Kinshasa

Le gouvernement congolais s’était réuni ce vendredi en 49 ème conseil des ministres depuis l’entrée ...