Accueil » ACTUALITE » L’OSCEP salue l’engagement des chefs d’Etat africains à réduire le taux de pénétration de la corruption en Afrique

L’OSCEP salue l’engagement des chefs d’Etat africains à réduire le taux de pénétration de la corruption en Afrique

L’Observatoire de surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle (OSCEP) salue l’engagement pris par les chefs d’Etat et de gouvernement à réduire pendant les quatre prochaines années le taux de pénétration de la corruption en Afrique qui devra passer de 70 à 40 %, indique un document de cet établissement public congolais remis mardi à l’ACP.

Cet engagement a été pris lors du sommet de l’Union africaine (UA) qui s’est tenu du 1er au 2 juillet 2018 à Nouakchott, en Mauritanie, et qui a été essentiellement consacré à la lutte contre la corruption sur le continent. Ce sommet qui a été organisé dans le cadre de l’année africaine de lutte contre la corruption a connu la participation de 26 Chefs d’Etat africains.

La même source précise que le représentant du Chef de l’Etat congolais à ce sommet, le vice Premier ministre en charge des Affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okitundu, qui avait déclaré que le gouvernement congolais s’est résolument engagé dans le combat contre la pandémie de la corruption. Il avait cité, à titre illustratif, les initiatives suivantes: la stratégie nationale de lutte contre la corruption , la réforme de l’Administration publique congolaise, la création du bureau du conseiller spécial du Chef de l’Etat en charge de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, la transformation de l’Observatoire du code d’éthique professionnelle en Observatoire de surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle (OSCEP), la création de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) et de la Direction générale de contrôle des marchés publics (DGCMP).

Plaidoyer pour la ratification par la RDC de la Convention de l’UA sur la prévention et la lutte contre la corruption

L’OSCEP estime que pour rendre la lutte contre la corruption efficace, il est nécessaire que la RDC ratifie les instruments de la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption. La RDC devra se doter d’une loi anti-corruption. Il existe un avant-projet de loi anti-corruption actualisé par les experts gouvernementaux, ceux du monde scientifique et de la société civile, mais qui n’a pas encore fait l’objet de discussion au Conseil des ministres, avant d’être transmis au Parlement et à la Présidence de la République pour adoption et promulgation.

ACP

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...