Accueil » ACTUALITE » Liquidation de la BIAC : une question orale avec débat adressée au gouverneur de la BCC au parlement

Liquidation de la BIAC : une question orale avec débat adressée au gouverneur de la BCC au parlement

Quelques jours seulement après l’annonce de la “liquidation forcée” de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) par la Banque Centrale du Congo (BCC), le député national Josué Mufula vient d’adresser une question orale avec débat non seulement au gouverneur de la BCC, mais également au ministre national des finances.

Josué Mufula

Cet élu de Goma qui précise que sa démarche parlementaire s’inscrit dans le cadre visant à trouver des solutions satisfaisantes pour soulager des populations congolaises dont les économies restent impactées négativement notamment par les effets de la pandémie de Covid-19, s’interroge sur le remboursement de l’argent de clients qui était déposé dans cette banque, et souhaite aussi obtenir de précisons sur la gestion de coopératives Imara et Mecreco placées également sous la tutelle de la BCC et qui ont selon lui, plongé la population dans une situation jugée de lugubre.

“À la suite de la décision prise par la BCC pour la liquidation de la BIAC, je me suis inquiété par rapport à certaines coopératives notamment IMARA qui a escroqué près de 200 000 citoyens à l’Est du pays, mais aussi la mutuelle MECRECO. Voilà pourquoi j’ai adressé une question orale avec débat au gouverneur de la BCC avec copie réservée au ministre des Finances pour que ces deux viennent nous expliquer le temps d’avancement à ce jour du plan de redressement de la coopérative Imara et qu’ils donnent une assurance sur le remboursement de l’argent de clients”, a-t-il dit.

Il sied de rappeler que la Banque Centrale du Congo (BCC) a par le biais de son gouverneur Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, annoncé samedi 10 octobre dernier, la “liquidation forcée” de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) qui figurait parmi les meilleures banques du pays. Elle a par ailleurs, rassuré que toutes les parties prégnantes quels que soient les déposants et les employés de cette Banque commerciale en faillite, rentreront dans leurs droits.

Elias Aungama, à Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prestation de serment de trois juges : “hier, on avait la justice de Kabila, nous ne souhaitons pas avoir la justice de Tshisekedi, mais une justice indépendante” (Patrick Mundeke)

Réagissant sur la prestation de serment de trois nouveaux juges membres de la cour constitutionnelle, ...