Accueil » ACTUALITE » Le Trésor américain gèle les avoirs de Corneille Nangaa, Norbert Basengezi et Marcellin Basengezi

Le Trésor américain gèle les avoirs de Corneille Nangaa, Norbert Basengezi et Marcellin Basengezi

L’Office du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du ministère du Trésor américain a gelé les avoirs de Corneille Nangaa, Norbert Basengezi et Marcellin Basengezi, fils du vice-président de la CENI, indique un communiqué du Trésor américain publié ce jeudi 21 mars. Le Trésor américain a sanctionné ces trois hauts responsables de la République démocratique du Congo pour avoir sapé les processus ou les institutions démocratiques en RDC et pour des actes de corruption.

« Cette action fait suite à la corruption persistante de hauts responsables au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et de l’ancien gouvernement de Kabila en RDC pour entraver et retarder les préparatifs en vue d’élections crédibles et inclusives. Nous sommes aux côtés du peuple congolais qui s’est rendu aux urnes le 30 décembre, mais restons préoccupés par un processus électoral défaillant dans lequel, après l’élection présidentielle, la CENI a continué à entraver le processus démocratique et n’a pas réussi à faire en sorte que le vote reflète la volonté du peuple congolais », a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au Trésor, chargé du terrorisme et du renseignement financier.

Les actifs de Corneille Yobeluo Nangaa, président de la CENI, Norbert Basengezi Katintima, vice-président de la CENI et le fils de Katintima, Marcellin Basengezi Mukolo, conseiller de haut niveau de la CENI se trouvant sur le territoire américain sont bloqués et il est généralement interdit aux personnes des États-Unis d’effectuer des transactions avec ces personnalités, indique le communiqué.

« En sa qualité de président de la CENI, Nangaa et d’autres responsables de la CENI ont détourné des fonds opérationnels de la CENI et ont pris des mesures qui ont ralenti l’inscription des électeurs, facilitant ainsi le retard des élections. Nangaa a supervisé les responsables de la CENI en utilisant plusieurs sociétés écrans pour détourner des fonds opérationnels de la CENI à des fins personnelles et politiques. Nangaa et d’autres responsables de la CENI se sont enrichis en achetant et en vendant de l’essence aux dépens de la CENI », détaille le communiqué.

Selon le Trésor américain, « sous la direction de Nangaa, les responsables de la CENI ont gonflé de 100 millions de dollars les coûts du contrat de la machine à voter électronique dans le but d’utiliser les fonds excédentaires pour l’enrichissement personnel, les pots-de-vin et les coûts de campagne pour financer la campagne électorale du candidat de Kabila. Nangaa, avec d’autres responsables de la CENI, a attribué un contrat lié aux élections et doublé le montant de la subvention, étant entendu que la société gagnante attribuerait les fonds supplémentaires à une société de la RDC contrôlée par la direction de la CENI ».

* * * Communiqué de presse du Trésor américain * * *

Source: https://home.treasury.gov/news/press-releases/sm633
Traduit de l’anglais par Media Congo Press

WASHINGTON – Aujourd’hui, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers ( Office of Foreign Assets Control ) du Département du Trésor des États-Unis a sanctionné trois hauts fonctionnaires de la République démocratique du Congo (RDC) en vertu de l’ordre exécutif (E.O.) 13413, tel que modifié par E.O. 13671, qui autorise des sanctions à la lumière d’actions ou de politiques qui sapent les processus ou les institutions démocratiques en RDC.

« Cette action fait suite à la corruption persistante de hauts responsables au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RDC et de l’ancien gouvernement Kabila dans le but d’empêcher et de retarder la préparation d’élections crédibles et inclusives », a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au Trésor, chargé du terrorisme et du renseignement financier. «Nous sommes aux côtés du peuple congolais qui s’est rendu aux urnes le 30 décembre, mais restons préoccupés par un processus électoral défaillant dans lequel, après l’élection présidentielle, la CENI a continué à entraver le processus démocratique et n’a pas réussi à faire en sorte que le vote reflète la volonté du peuple congolais. Les États-Unis continueront à aider ceux qui cherchent à éliminer des allégations de corruption crédibles, mais n’hésiteront pas à faire appel à nos autorités pour imposer des conséquences tangibles et importantes aux acteurs pervers en RDC et dans le monde, qui minent le processus démocratique et le trafic de corruption. .  »

En particulier, l’OFAC a désigné trois hauts responsables de la CENI: Corneille Yobeluo Nangaa (Nangaa), président de la CENI; Norbert Basengezi Katintima (Katintima), vice-président de la CENI; et le fils de Katintima, Marcellin Basengezi Mukolo (Basengezi), conseiller de haut niveau de la CENI. À la suite des actes d’aujourd’hui, tous les actifs des personnes désignées relevant de la juridiction des États-Unis sont bloqués et il est généralement interdit aux ressortissants des États-Unis d’effectuer des transactions avec elles.

CORNEILLE YOBELUO NANGAA, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION ÉLECTORALE INDÉPENDANTE NATIONALE (CENI)

Nangaa a été nommé et prêté serment comme président de la CENI en novembre 2015. La CENI est chargée de l’organisation des élections en RDC. Sous la direction de Nangaa, les élections initialement prévues pour décembre 2016 ont été reportées à décembre 2018. Lors du report des élections de 2016, la CENI a cité un manque de financement et des retards dans l’inscription des électeurs. En sa qualité de président de la CENI, Nangaa et d’autres responsables de la CENI sous sa direction ont détourné des fonds opérationnels de la CENI et ont pris des mesures qui ont ralenti l’inscription des électeurs, facilitant ainsi le retard des élections.

Nangaa a supervisé les responsables de la CENI en utilisant plusieurs sociétés écrans pour détourner des fonds opérationnels de la CENI à des fins personnelles et politiques. Nangaa et d’autres responsables de la CENI se sont enrichis en achetant et en vendant de l’essence aux dépens de la CENI, ce qui a retardé l’enregistrement au Kasaï, fief de l’opposition, empêchant de nombreux électeurs de s’inscrire. En achetant du carburant pour alimenter des groupes électrogènes aux bureaux de la CENI, Nangaa a négocié un taux réduit et conservé la différence par rapport au montant budgétisé afin de la répartir entre les principaux employés de la CENI. Nangaa a ensuite demandé aux responsables de la CENI de fabriquer des reçus pour compenser le déficit de dépenses.

Sous la direction de Nangaa, les responsables de la CENI ont gonflé de 100 millions de dollars les coûts du contrat de la machine à voter électronique dans le but d’utiliser les fonds excédentaires pour l’enrichissement personnel, les pots-de-vin et les coûts de campagne pour financer la campagne électorale du candidat de Joseph Kabila. Nangaa, avec d’autres responsables de la CENI, a attribué un contrat lié aux élections et doublé le montant de la subvention, étant entendu que la société gagnante attribuerait les fonds supplémentaires à une société de la RDC contrôlée par la direction de la CENI. Nangaa a approuvé le retrait des fonds de fonctionnement de la CENI pour les postes budgétaires non autorisés destinés à un usage personnel par les employés du gouvernement de la RDC. Nangaa a ordonné aux employés de la CENI de fabriquer des reçus pour couvrir les écarts de dépenses résultant de l’utilisation des fonds de la CENI à des fins personnelles. Nangaa a versé des pots-de-vin aux juges de la Cour constitutionnelle afin de faire respecter la décision de la CENI de retarder les élections de 2016 en RDC.

NORBERT BASENGEZI KATINTIMA, VICE-PRÉSIDENT DE LA CENI

Katintima a été nommée et assermentée vice-présidente de la CENI en novembre 2015. La CENI est chargée de l’exécution des élections en RDC. Sous la direction de Katintima, les élections initialement prévues pour décembre 2016 ont été reportées à décembre 2018. Lors du report des élections de 2016, la CENI ont cité un manque de financement et des retards dans l’inscription des électeurs. En sa qualité de vice-président de la CENI, Katintima et d’autres responsables de la CENI placés sous sa direction ont détourné et détourné des fonds opérationnels de la CENI, ce qui a facilité les retards des élections.

Katintima a supervisé les responsables de la CENI en utilisant plusieurs sociétés écrans pour détourner des fonds opérationnels de la CENI à des fins personnelles et politiques. Katintima a retiré et fourni au moins 80 000 dollars de fonds opérationnels de la CENI à son propre hôpital, qui fournissait des soins médicaux à tous les employés de la CENI. L’Institution supérieure de contrôle avait envoyé des enquêteurs non identifiés à la CENI pour procéder à un audit de ses activités financières,  cependant les responsables de la CENI, y compris Katintima, ont convenu de corrompre les enquêteurs pour qu’ils conduisent un audit inexact. Katintima a versé des pots-de-vin aux juges de la Cour constitutionnelle afin de faire respecter la décision de la CENI de retarder les élections de 2016 en RDC.

MARCELLIN MUKOLO BASENGEZI, CONSEILLER DU CENI

Marcellin Basengezi est conseiller à la CENI et fils du vice-président Katintima. Marcellin Basengezi a détourné des actifs de l’État auprès de la CENI et a pris des mesures qui ont ralenti l’enregistrement, ce qui a facilité les retards des élections.

Basengezi et d’autres conseillers de la CENI étaient chargés de l’attribution des contrats à la CENI, ce qui leur permettait d’attribuer des contrats à leurs propres sociétés écrans à des fins lucratives et de contourner les procédures de passation des marchés publics. Basengezi a gonflé les coûts d’un contrat lié aux élections dans l’intention d’utiliser les fonds excédentaires à des fins d’enrichissement personnel, de pots-de-vin et de frais de campagne pour financer la campagne électorale du successeur de Kabila. Basengezi a attribué un contrat distinct en rapport avec les élections et doublé le montant de la subvention, étant entendu que la société gagnante attribuerait les fonds supplémentaires à une société de la RDC contrôlée par la direction de la CENI. Basengezi et d’autres responsables de la CENI ont acheté et vendu de l’essence à des fins lucratives aux frais de la CENI, notamment en vendant du carburant prépositionné pour l’inscription des électeurs. L’intérêt de Basengezi et d’autres personnes pour leur propre enrichissement a retardé l’inscription des électeurs au Kasaï, fief de l’opposition, ce qui a empêché de nombreux électeurs de s’inscrire.

Détails sur l’identité des personnes sanctionnées

BASENGEZI, Marcellin (a.k.a. BASENGEZI, Marcellin Mukolo; a.k.a. MAKOLO, Marcelin Basengezi; a.k.a. MUKOLO, Basengezi Marcellin), Appartement 29 Cite Du Fleuve, Cite Du Fleuve, Kingabwa Limete, Kinshasa, Congo, Democratic Republic of the; DOB 30 Nov 1985; POB Kaziba, Congo, Democratic Republic of the; Gender Male; Passport OP0155187 (Congo, Democratic Republic of the) issued 24 Jan 2016 expires 19 Jan 2021 (individual) [DRCONGO].

KATINTIMA, Norbert Basengezi (a.k.a. KATINTIMA, Norbert Bashengezi), 15 Joli Parc, Ma Campagne, Kinshasa 00243, Congo, Democratic Republic of the; DOB 10 Jan 1958; POB Kashiramo-Kaziba, South Kivu, Congo, Democratic Republic of the; alt. POB Rwanda; nationality Congo, Democratic Republic of the; alt. nationality Rwanda; Gender Male; Vice-President of the Independent National Electoral Commission (individual) [DRCONGO].

NANGAA, Corneille Yobeluo (a.k.a. YOBELUO, Corneille Nangaa), 36 Q Solongo Blvd, Biangala, Lemba, Kinshasa, Congo, Democratic Republic of the; DOB 09 Jul 1970; POB Bagboya, Congo, Democratic Republic of the; Gender Male; Passport DP0003850 (Congo, Democratic Republic of the) issued 20 Nov 2017 expires 19 Nov 2022; alt. Passport DP0000149 (Congo, Democratic Republic of the) issued 12 Jan 2016 expires 11 Jan 2021 (individual) [DRCONGO].

RADIO OKAPI

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...