Accueil » ACTUALITE » Le rapport « Yotama » sur les massacres à Beni et Irumu sur la table de la CPI

Le rapport « Yotama » sur les massacres à Beni et Irumu sur la table de la CPI

La Cour Pénale Internationale CPI vient de recevoir ce vendredi 22 octobre 2021 le rapport dénommé « Yotama » sur les massacres perpétrés dans les régions de Beni au Nord-Kivu et Irumu en Ituri, deux provinces concernées par la mesure exceptionnelle de l’état de siège décrété par le chef de l’État Félix Tshisekedi pour le retour de la paix.

Dans sa lettre de transmission de ce rapport à la CPI, l’élu de Butembo indique qu’à part les statistiques des civils sauvagement tués depuis 2008 jusqu’à septembre 2021, ce rapport de plus de 800 pages contient aussi plusieurs témoignages de rescapés des actes des violences attribuées aux rebelles des forces démocratiques et alliées ADF encore actifs dans la partie Est de la RDC plus précisément dans la région de Beni et Irumu où ils tuent malgré l’instauration de l’état de siège.

“Considérant les nobles missions qui sont sous votre responsabilité, il nous semble opportun de vous rappeler par la présente, que le peuple congolais attend impatiemment que vous lanciez des enquêtes sérieuses et indépendantes afin d’identifier les vrais auteurs de ces crimes pour qu’ils répondent de leurs actes et que les familles victimes soient indemnisées” a écrit au Procureur, Tembos Yotama élu de Butembo.

Après sa présentation à l’Assemblée nationale, il y a peu, par son auteur, le rapport « Yotama » a été aussi remis à plusieurs institutions du pays et aux hommes politiques afin de son appropriation pour que les efforts soient consentis ensemble pour la pacification de la région. C’est notamment, à la présidence, primature, à Mbusa Nyamwesi, Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu pour ne citer que ceux-là.

Le rapport Yotama a été reçu par ailleurs, le soutien de l’ambassade de la Belgique en RDC qui a promis le porter loin du conseil de sécurité des Nations-Unies. Cependant, plusieurs couches tant sociales que politiques saluent les démarches et/ou recherches menées par ce parlementaire pour mettre à la disposition de plusieurs institutions non seulement du pays, mais également du monde, ce document détaillé.

Selon l’esprit de ce rapport, plus de 2237 attaques ont coûté la vie à plus de 7 404 civils dans la région de Beni-Irumu pendant une dizaine d’années.

Elias Aungama depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...