Accueil » ACTUALITE » Le FCC s’oppose au controle de l’action gouvernementale par le Bureau d’âge

Le FCC s’oppose au controle de l’action gouvernementale par le Bureau d’âge

La session extraordinaire conduite par le Bureau d’âge à l’Assemblée nationale s’est ouverte mardi au Palais du peuple, siège du Parlement congolais. La plénière d’ouverture s’est déroulée non sans perturbation. Pour cause, les députés nationaux membres du Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila accusent le Bureau de vouloir usurper les compétences qui ne sont pas siennes, au regard de l’arrêt de la Cour constitutionnelle qui a autorisé à ce Bureau provisoire de conduire les travaux.

« Les compétences sont d’attribution. Le Bureau d’âge n’as pas compétence d’ajouter d’autres points à l’ordre du jour que d’autres points définis par la Cour constitutionnelle. Il n’y a que deux points. C’est-à-dire on vide la question de la déchéance du Bureau, mais aussi de la mise en place d’un Bureau définitif. Mais dans l’allocution de l’ouverture de la session extraordinaire, il a ajouté d’autres points, et on ne peut pas accepter. Ce n’est pas possible. Ce qu’il a fait là, c’est en violation flagrante. Il a bouffé l’argent. Il sait que tout ce qui se fait là c’est sur base d’une corruption flagrante, et puante, et pendant tout ce temps nos frères sont en train d’être égorgés, les militaires tués, les enseignants impayés, mais on cherche à avoir une majorité de vote alors que tout est réglé par le texte. Ce qu’il est en train de faire, il en payera le plus cher. Ce n’est pas normal », maugrée Didier Manara, député membre du FCC, contre le président du Bureau d’âge Christophe Mboso.

De l’autre, les députés membres de la dynamique politique Union Sacrée du président Tshisekedi, assurent que ce Bureau provisoire a compétence de contrôler l’action gouvernementale. Le professeur Jacques Ndjoli en fait partie.

« Nous nous trouvions dans une situation inédite. Nous avons été obligés de recourir à la Cour constitutionnelle qui a fait usage de son pouvoir régulateur. Et, dans l’arrêt de la Cour, il est déterminé le périmètre de l’action du bureau d’âge. Parmi les missions fixées par la Cour constitutionnelle dans son élan d’interprétation, il a été prévu le contrôle de l’action gouvernementale. Donc à partir du moment où la Cour agit comme élément de complément ou d’explicitation de la constitution, je crois qu’il ne doit pas y avoir débat. »

Le contrôle du gouvernement, implique l’interpellation par le Parlement d’un membre du gouvernement, dont le premier ministre. Et c’est une ligne rouge pour la famille politique de Joseph Kabila.

TAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

RDC : les députés FCC décident de ne plus participer aux plénières

La plénière convoquée ce vendredi à l’Assemblée nationale a connu un couac inattendu. Alors que ...