Accueil » ACTUALITE » Lancement officiel des activités commémoratives de la loi sur les droits des PVV et personnes affectées en RDC

Lancement officiel des activités commémoratives de la loi sur les droits des PVV et personnes affectées en RDC

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) soutient le gouvernement de la RDC à travers le Programme national mondial sur la lutte contre le SIDA (PNMLS) et le ministère de la Justice, constituant un cadre devant faciliter l’accès aux services de santé et sociaux des personnes infectées et affectées par le VIH (PVV) et à certaines populations marginalisées.

Ces propos émanent du directeur pays du PNUD, Dominic Sam, dans son mot lu samedi à Kinshasa par son délégué Stéphane Amani, au lancement officiel des activités commémoratives de la loi sur les droits des PVV et personnes affectées en RDC. Cet appui, a-t-il dit, découle du leadership de la Commission mondiale sur le VIH et le droit que le PNUD assure au niveau mondial et qui se réunit au nom du programme coparrainé des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA).

La Commission mondiale, a  rappelé Dominic Sam, a été créée, pour la période 2010-2012 et a entrepris des recherches approfondies, des consultations, des analyses et des délibérations pour examiner des liens entre les questions juridiques et les réponses au VIH. Il a souligné que la lutte contre cette pandémie fait partie de l’agenda mondial et que les Etats, les organisations internationales, la société civile et les autres acteurs à tous les niveaux sont mobilisés.

Le directeur pays du PNUD a, par ailleurs, salué les efforts du gouvernement dans la lutte contre le VIH pour la mise en place d’une «Cellule VIH» opérant au sein du ministère de la justice et la nomination d’un point focal national droits humains et VIH. Il a apprécié l’engagement des parlementaires et du Ministre de la Justice qui se sont impliqués dans la révision de la  loi portant protection des droits des PVV et personnes affectées en RDC, ayant permis de rendre favorable la riposte et conforme aux recommandations des acteurs tant nationaux qu’internationaux œuvrant dans le secteur.

Il est essentiel de renforcer nos efforts pour que les personnes séropositives et les personnes marginalisées vivent dans un environnement favorable, et à l’abri de la discrimination, a-t-il estimé, avant de reconnaitre que l’environnement juridique joue un rôle capital dans le bien-être et la protection des droits des PVV  et des populations vulnérables au VIH.

Selon Dominic Sam, lorsque ces personnes ont accès au traitement approprié et que le sida cesse d’être un sujet de honte, les populations se prêtent plus facilement au dépistage, ajoutant que les personnes séropositives peuvent ainsi mieux se prendre en charge, et bénéficier d’un traitement et d’un soutien psychologique, pour éviter de transmettre le virus et réduire ainsi l’incidence au VIH/SIDA.

ACP

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...