Accueil » ACTUALITE » La « déconnexion » de l’université congolaise évoquée au colloque sur les 20 ans de l’UNIUELE

La « déconnexion » de l’université congolaise évoquée au colloque sur les 20 ans de l’UNIUELE

La «déconnexion» de l’université congolaise face aux besoins et à la demande sociale a été au centre de l’intervention du professeur Arthur Yenga Maombe, à la clôture le week-end dernier du colloque international sur le thème  «l’université congolaise et son rôle dans le développement d’une contrée – bilan et perspectives» organisé dans le cadre des vingt ans de l’Université de l’Uélé (UNIUELE) dont les activités se déroulent du 26 au 31 juillet à Isiro.

Selon une information reçue lundi à l’ACP du chef-lieu de la province du Haut-Uélé, le Pr Yenga  Maombe, qui est visiteur à l’UNIUELE, a mis en évidence, dans son exposé, l’inadéquation des diplômés universitaires congolais comparativement aux besoins de la société congolaise. Pour lui, «l’université congolaise est déconnectée de la demande sociale, du marché de l’emploi et des mutations profondes de l’ère numérique».

D’où l’urgence, selon lui, «d’une adéquation entre les objectifs de l’enseignement supérieur et universitaire avec la nécessité de la transdisciplinarité, du digital et de l’innovation sociale» en vue de répondre aux «nécessités de l’entrepreneuriat, de la transdisciplinarité, de l’innovation sociale et du digital ».

Avec le phénomène Internet et son impact, on assiste à une accélération du monde, fulgurante par rapport au temps de construction d’une société, explique le professeur Arthur Yenga Maombe, qui constate qu’un grand nombre de personnes et d’organisations se sentent dépassées ou pas loin de l’être.

Pour caractériser la période et l’environnement actuels, il a paraphrasé la vice-présidente de  la Commission européenne, Neelie Kroes,  qui déclarait en 2014 que «l’absence de compétences numériques est une nouvelle forme d’illettrisme».

Aussi, Arthur Yenga Maombe est d’avis que le système éducationnel entier doit s’adapter. C’est une rupture culturelle introduite avec l’ère numérique : il s’agit «d’apprendre à apprendre», a-t-il dit. «Ordinateurs, tablettes, smartphones en main, les citoyens testent, imaginent, contournent les lois et les normes pour faire des choses différemment», note-t-il.

Outre ce colloque scientifique international qui a connu une vingtaine de communications, la commémoration des vingt ans de l’UNIUELE  a également été marquée des rencontres sportives et diverses manifestations culturelles récréatives.

Le clou de toutes ces célébrations interviendra le mardi 31 juillet avec la clôture officielle de l’année académique 2017-2018 qui sera précédée d’une messe d’action de grâce présidée en la cathédrale d’Isiro par Mgr Julien Andavo Mbia.

L’UNIUELE, qui organise 7 filières, a déjà délivré 1638 diplômes dont 1056 du premier cycle et 582 du deuxième cycle. Le comité de gestion de cette université qui compte 150 enseignants permanents et 78 visiteurs  est présidé par le père Roger Gaise (recteur), secondé par le Pr Raphael Masoki (secrétaire général académique), le chef des travaux  Henri Mbalabu (secrétaire général administratif) et le père Donatien Tshidibi (administrateur du budget).

ACP

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Parti politique : Nadin Mfutila, nouveau secrétaire général de l’ECO

Le président national du parti politique Engagement pour le Congo (ECO), l’ancien gouverneur de la ...