Accueil » ACTUALITE » Insécurité en Ituri : une pétition initiée par la société civile de Mahagi contre le gouvernement Bamanisa

Insécurité en Ituri : une pétition initiée par la société civile de Mahagi contre le gouvernement Bamanisa

La société civile coordination territoriale de Mahagi a initié une pétition contre le gouvernement provincial chapeauté par Jean Bamanisa Saidi suite à plusieurs griefs notamment la situation sécuritaire qui y demeure inquiétante avec des tueries répétitives attribuées à plusieurs groupes armés à l’instar de la CODECO.

Dans une interview accordée à ACTU24.CD ce mardi 12 janvier, Anican Kayucan Tengo membre de cette structure citoyenne, indique que cette pétition contre le gouvernement provincial de l’Ituri se justifie par plusieurs griefs retenus à l’encontre de l’exécutif provincial à l’instar, l’insécurité grandissante dans cette partie du pays, la non-assistance de la population sinistrée suite au débordement des eaux du lac Albert, la non-consommation et non prise en valeur de la monnaie nationale dans le territoire de Mahagi, la mégestion de la province de l’Ituri pour ne citer que ceux-là.

“Nous avons constaté que ça ne va pas avec le gouvernement provincial, et c’est pourquoi nous avons initié une pétition contre ce gouvernement. Nous regrettons la mégestion de la province par le gouvernement Bamanisa avec comme conséquence, la double gestion de la province avec l’instauration des taxe par la CODECO.” a-t-il indiqué.

Cette société civile lance ainsi, un vibrant appel à toute la population du territoire de Mahagi en particulier, celle de la province de l’Ituri en général à l’incivisme fiscal afin de sauver cette province entre les mains de ce qu’elle qualifie des escrocs de prédateurs. 

Au gouvernement provincial, la société civile de Mahagi exige sa démission pure et simple face à cette mégestion constatée selon elle, par le peuple dudit territoire et/ou de la province toute entière.

Notons que la province de l’Ituri est l’une des provinces de l’Est de la République démocratique du Congo, qui reste confrontée à l’activisme des groupes armés négatifs qui tuent nuit et jour la paisible population.

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

UNIKIN : les esprits se calment petit à petit, après une vive tension ce matin

Le calme semble revenir à l’Université de Kinshasa et ses environs, après des vives tensions ...