Accueil » ACTUALITE » Insécurité en Ituri : “Le chef de l’État devra choisir entre le peuple Iturien et l’ennemi qui tue sans cesse” (Député Iracan Gratien)

Insécurité en Ituri : “Le chef de l’État devra choisir entre le peuple Iturien et l’ennemi qui tue sans cesse” (Député Iracan Gratien)

Le député national Iracan Gratien de Saint-Nicolas qui se dit très préoccupé par la situation sécuritaire qui reste jusqu’à présent inquiétante sur l’ensemble de la province de l’Ituri, invite le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi, garant de la nation à se pencher sur le rétablissement d’une paix durable dans la province de l’Ituri où des groupes armés négatifs à l’instar de la CODECO, s’illustrent par des tueries en répétitions.

Cet élu de la ville de Bunia qui appelle la population locale à une forte mobilisation pour l’unité et la cohésion sociale entre toutes les communautés de cette province qui pourra selon lui, mettre fin aux tueries en répétitions documentées dans cette partie de la RDC, exige à l’État congolais le respect de la constitution et surtout à trouver des solutions palliatives au problème sécuritaire très alarmant dans la province de l’Ituri. 

Tout en pointant du doigt le Gouverneur de l’Ituri, Jean Bamanisa Saidi en collaboration avec tout son comité provincial de sécurité, d’être à la base de la persistance de l’insécurité sur toute l’étendue de la province de l’Ituri, notamment en territoire de Djugu, en bloquant à l’en croire, le processus de la réinsertion sociale des miliciens de la CODECO, le député national Iracan Gratien de Saint-Nicolas appelle le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi a respecter ses promesses faites aux populations de la partie Est de la RDC lors de ses campagnes électorales, celles de faire de cette partie du pays, une oasis de paix.

L’heure est arrivée de nous libérer et de nous engager dans le développement et la pacification de notre province. Plus de 70 000 morts depuis l’année 2000, nous allons continuer à enterrer les notées ? Nous sommes en voie de l’extermination. Le chef de l’État devra choisir entre le peuple iturien ou l’ennemi du peuple iturien. Si le chef de l’État choisi être avec le peuple iturien, entant que garant du bon fonctionnement des institutions, il devra rétablir une paix définitive si non, il en tirera toutes les conséquences de son inaction conte le peuple”, a dit à ACTU24.CD Iracan Gratien de Saint-Nicolas élu de la ville de Bunia.

À lui d’ajouter :

Nous avons été manipulés et utilisés pendant des années contre notre propre intérêt, nous disons non. Notre destinée doit revenir entre nos mains. À partir de 10 septembre prochain, le peuple iturien va appliquer l’article 63 de notre constitution pour se prendre en charge, se défendre et défendre le territoire national”, dit-il.

Notons que la situation socio-sécuritaire demeure toujours préoccupante dans la province de l’Ituri en dépit des opérations militaires menées dans la région.

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prestation de serment des trois juges : Puis Muabilu réprimandé par son regroupement politique

Le regroupement politique Alliance pour l’avenir (AA/a) dont Puis Muabilu fait partie, a tenu une ...