Accueil » ACTUALITE » Formation du gouvernement : Kinkiey Mulumba rappelle les « risques » encourus en soutenant Tshisekedi

Formation du gouvernement : Kinkiey Mulumba rappelle les « risques » encourus en soutenant Tshisekedi

Le moment est crucial pour le rebondissement. Le premier ministre Ilunga Ilunkamba est à pied d’œuvre pour former son gouvernement qui devra respecter l’équilibre des forces préétabli dans l’accord de coalition gouvernementale entre Cap pour le changement(CACH) de Felix Tshisekedi et Front commun pour le Congo(FCC) de Joseph Kabila. Seuls les membres et alliés de ces deux plateformes peuvent prétendre de portefeuilles. Kin-Kiey Mulumba, ex président du mouvement politique Kabila-désir, revient sur la scène au cours d’une réunion tenue dimanche 04 août à Kinshasa.

Il s’est séparé de l’ancien président et a quitté le FCC après le choix fait sur Emmanuel Ramazani Shadary comme candidat de cette famille politique à la présidentielle de décembre 2018, lui qui à travers son slogan « Kabila to tondi yo nanu te » (comprenez, « nous avons encore besoin de toi, Kabila », en lingala), espérait voir l’ex président se maintenir au-delà de son deuxième et second mandat.

A VillAmi-Maison du Soft, lors d’une réunion avec les membres de son équipe en tant qu’ex directeur de campagne pour le Grand Bandundu en faveur du CACH, plateforme qu’il a rejoint après le retrait de Felix-Tshisekedi et Vital Kamerhe de l’accord de Lamuka(plateforme politique d’opposition, jadis électorale) à Genève en septembre 2018, le communiqué final rappelle que le Professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba « s’est tôt inscrit, prenant du coup, tous les risques, dans un contexte politique congolais hyper électrisé ».

Le communiqué de poursuivre, « malgré diffamations, intimidations, menaces d’exil et de mort, seules des convictions profondes ancrées dans une vision de sauver la Nation, l’ont déterminé, fait maintenir et réaffirmer le cap Fatshi sur lequel très peu au sein de la classe politique au Congo et ailleurs ne pariait gros après le clash de Genève, ignorant les réalités de ce pays immense, convictions défendues déjà, en temps et en heure, au sein des réunions du Bureau Politique de l’ex-Majorité Présidentielle ».

N’ayant pas pris part directement aux négociations entre les deux plateformes, il a tout de même rencontré à deux reprises Jean-Marc Kabund qui y été le principal négociateur côté CACH, et a bénéficié d’une restitution. Mais également le premier ministre Ilunga Ilunkamba.

Dans ce communiqué, Kinkiey rappelle qu’il est signataire de l’accord politique de Nairobi, celui qui a créé le Cap pour le changement.

TAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Parti politique : Nadin Mfutila, nouveau secrétaire général de l’ECO

Le président national du parti politique Engagement pour le Congo (ECO), l’ancien gouverneur de la ...