Accueil » ACTUALITE » Évasion à la prison de Beni-Kangbwayi : un parlementaire parle d’un acte de sabotage des efforts du Chef de l’État dans la pacification de la région

Évasion à la prison de Beni-Kangbwayi : un parlementaire parle d’un acte de sabotage des efforts du Chef de l’État dans la pacification de la région

L’évasion de plus de 1000 détenus dans la prison centrale de Beni Ville la matinée de mardi 20 octobre dernier continue à susciter des réactions dans toutes les couches tant sociales que politiques. Pour Jean-Paul Paluku Ngahangondi élu de cette partie, cet acte qui serait attribué aux éléments ADF, est un acte de sabotage des démarches du président de la République dans le processus de pacification de cette région sous le feu depuis maintenant six ans.

À en croire cet élu de Beni territoire, cette évasion vient s’ajouter à la trêve observée il y a peu, dans le déroulement des opérations militaires lancées depuis octobre 2019 dans cette région contre la nébuleuse rébellion de l’ADF, des actes qui justifieraient l’hypothèse selon laquelle, il aurait une “intelligence” qui travaille rien que pour saboter les efforts fournis par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi à travers l’armée congolaise dans le combat contre l’insécurité dans ce coin du Nord-Kivu.

Kangbwayi est une prison sécurisée par deux grandes positions militaires des FARDC bien outillés, mais on n’a pas compris comment l’ennemi est arrivé à atteindre la porte de la prison et y opérer. Et si l’armée est incapable de sécuriser cet endroit qui garde des gens qui portent atteinte à la sûreté de l’État, nous pensons que Beni n’est pas protégé. Il doit y avoir une intelligence qui travaille pour saboter les efforts du chef de l’État. C’est vraiment une désolation totale pour nous”, a dit dans une interview accordée à la presse ce jeudi, Jean-Paul Paluku Ngahangondi député provincial.

Il craint cependant, des pires événements qui peuvent découler de cette évasion massive notamment dans des agglomérations environnant la ville de Beni car poursuit-il, cette maison carcérale hébergeait plusieurs criminels, des collaborateurs des ADF et de Maï-maï.

“Nous craignons aussi que l’effectif de l’ennemi soit renforcé par tous ces hommes qui sont partis avec les assaillants”, a-t-il ajouté, avant d’inviter le chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi à prendre des mesures contre tous les responsables de services de renseignement, de l’ordre et de la défense basés dans cette ville cosmopolite du Nord-Kivu.

Rappelons que plus de 1000 parmi les 1447 détenus qui étaient dans cette maison pénitentiaire, dont des combattants de l’ADF, de maï-maï et autres, ont réussi à s’évader à l’issue d’une attaque armée menée par un groupe armé la matinée de mardi dernier.

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Nord-Kivu : chiffré à près de 91 millions de dollars, le projet d’édit budgétaire 2021 est jugé recevable par l’organe délibérant

L’assemblée provinciale du Nord-Kivu a examiné le projet d’édit budgétaire exercice 2021 du gouvernement provincial ...