Accueil » ACTUALITE » État de siège au Nord-Kivu et en Ituri : 1545 civils tués en 186 jours (Kasekwa)

État de siège au Nord-Kivu et en Ituri : 1545 civils tués en 186 jours (Kasekwa)

Décrété par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, l’état de siège ne cesse d’être contesté par plusieurs couches sociales que politiques suite à son bilan jugé de largement négatif sur le terrain. Le député national Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa dresse un bilan de 1545 personnes tuées dans les deux provinces concernées par cette mesure exceptionnelle en seulement 186 jours de l’état de siège en dépit des efforts consentis de part et d’autre.

Sur son compte Twitter exploité ce vendredi 5 novembre 2021 par ACTU24.CD, l’élu de Goma chef-lieu du Nord-Kivu, indique qu’au moins 98 civils ont été tués par des terroristes de l’ADF à Beni au Nord-kivu et dans la province voisine de l’Ituri du 30 octobre au 4 novembre année en cours.

À en croire ce parlementaire, ce bilan s’ajoute à des dégâts matériels énormes enregistrés dans cette partie de la République démocratique du Congo. C’est notamment l’incendie des véhicules précisément sur les axes Beni-Kasindi et Beni-Itumu aux côtés des destructions et/ou incendie des maisons de la paisible population longtemps meurtrie.

En dépit de l’instauration de l’état de siège dans les deux provinces, la situation sécuritaire demeure selon plusieurs sources, préoccupante dans le région. Le cas le plus récent remonte la journée de jeudi 4 novembre à Kalembo sur l’axe Beni-Kasindi, où au moins trois civils ont été tués par les ADF et deux véhicules incendiés. Outre cette embuscade, les mêmes ennemis ont la nuit de mercredi au jeudi 4 novembre, tués plus de trois autres civils dans la localité de Mantumbi dans le secteur de Beni-mbau dans le territoire de Beni.

Rappelons que l’Assemblée nationale a au cours de la plénière du lundi 1er novembre dernier, prorogé pour la onzième fois l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri malgré la contestation des députés nationaux élus de ces deux provinces. Ceux-ci, ont annoncé dans leur déclaration rendue publique le même jour, la suspension de leur participation à toutes les plénières relatives à une quelconque prorogation de l’état de siège qui selon eux, a montré ses limites dans le rétablissement de la paix dans la région.

Elias Aungama

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sénat : Matata sur le point de saisir la commission africaine des droits de l’homme pour recouvrir ses immunités

Les démarches sont déjà entamées par les avocats conseils de l’ancien premier ministre Matata Ponyo ...