Accueil » ACTUALITE » Élections : L. Mende regrette que le parlement n’ait doté la RDC d’une loi qui punit toute interférence extérieure comme les américains

Élections : L. Mende regrette que le parlement n’ait doté la RDC d’une loi qui punit toute interférence extérieure comme les américains

Présent au lancement de la session ordinaire de septembre 2018 à l’Assemblée nationale, samedi dernier, le ministre de la Communication et Médias, mais aussi député national, à l’issue de cette cérémonie, s’est dit satisfait du travail abattu jusque-là, par les élus du peuple.

« Je suis très fier d’appartenir à cette législature, et j’adresse toutes mes félicitations à l’Assemblée nationale qui est entrée dans la dernière session de sa législature. L’essentiel est qu’elle a pu faire mieux qu’auparavant et qu’elle a pu stabiliser l’État de droit démocratique dans notre pays », a indiqué Lambert Mende.

Le seul regret du porte-parole du gouvernement pour cette législature demeure cependant, l’absence d’une loi qui met à l’abri, l’organisation des élections prochaines en RDC.

« La seule chose que je pourrait éventuellement regretter, c’est que nous n’ayons pas pensé, aussi bien le gouvernement comme initiateur des projets de législation, que l’assemblée nationale et le sénat à élaborer une législation mettant le pays à l’abri de toute interférence extérieure dans le processus électoral », a-t-il dit.

À l’instar des États-Unis d’Amérique, L. Mende voudrait que la RDC se dote également d’une loi qui puisse punir tous ceux qui s’hasarderont à interférer dans son processus électoral.

« Peut-être pourrons-nous nous rattraper au cours de cette dernière session. C’est juste ce que les américains viennent de nous montrer. Le président Donald Trump vient de signer un executif order qui punit sévèrement toute interférence d’une entité, d’un État, d’une personne étrangère dans le processus électoral des États-Unis d’Amérique. Or, les États-Unis d’Amérique c’est une puissance mondiale. Alors si une puissance mondiale sans le besoin de protéger l’intégrité de son processus électoral, posons-nous la question de savoir, ce qu’il doit en être pour nous un pays en voie de développement », a-t-il martelé.

Le ministre de communication et médias a en définitive, fait savoir que la RDC a aussi besoin de protéger le processus de choix de ses dirigeants par une législation qui punit pénalement toute interférence extérieure, tout individu qu’il soit congolais ou étranger, toute association qu’elle soit congolaise ou étrangère, qui favorise les interférences extérieures dans le processus électoral en RDC.

7sur7.cd

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...