Accueil » ACTUALITE » Détention du musicien IDENGO à Beni : Tembos Yotama s’enflamme

Détention du musicien IDENGO à Beni : Tembos Yotama s’enflamme

Arrêté depuis le mardi 2 février dernier par des services des renseignements militaires des FARDC dans la ville de Beni (Nord-Kivu), l’artiste musicien révolutionnaire Delcato IDENGO reste toujours détenu malgré plusieurs voix exigeant sa libération. Pour le député national Tembos Yotama, ce jeune musicien ne mérite pas ça, car à l’en croire, il n’a qu’interpreté et/ou relayé ce que disent les populations des plusieurs régions de l’Est de la RDC, qui font face à l’activisme des groupes armés négatifs locaux, nationaux et étrangers à l’instar de la nébuleuse rébellion ADF.

Dans un message partagé sur les réseaux sociaux via sa cellule de communication, l’élu de Butembo appelle les autorités politico-administratives à s’impliquer dans cette affaire afin que ce dernier retrouve sa liberté.

Il exige en outre, la libération immédiate et sans conditions de ce jeune artiste musicien qui ajoute-t-il, n’a qu’interpeller les autorités du pays à bien jouer leur rôle dans la protection des civils et leurs biens.

Monsierur IDENGO a chanté, c’est ce que disent les populations marginalisées des régions de l’Est du pays. Alors s’il a mal chanté, emprisonner toute la population de ce coin où les tueries récurrentes sont toujours signalées. Sa place n’est pas en prison”, a-t-il dit à ACTU24.CD.

Tembos Yotama dit regretter le fait que plusieurs bandits de long chemin pointés dans plusieurs cas d’insécurité, de tueries et autres exactions circulent sans aucune inquiétude sous l’œil impuissant des autorités.

Il est reproché à cet artiste musicien l’infraction d’outrage à certaines autorités provinciales et nationales et au moins trois députés nationaux élus de Beni.

Delcato IDENGO a dans l’une de ses chansons qui circulent, qualifié “d’escrocs” le chef de l’État, le Gouverneur du Nord-Kivu et trois parlementaires nationaux pour la non-réalisation de leurs promesses faites à la population lors de leurs campagnes électorales, mais aussi pour certains actes jugés d’escroquerie à l’instar du paiement de la plaque d’immatriculation en province du Nord-Kivu.

Elias Aungama, depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

État de siège à Butembo : tentative de spoliation d’une partie de l’avenue de l’église par le maire policier, manœuvre dénoncée par un parlementaire

Le député provincial Mbenze Yotama dénonce ce qu’il qualifie de spoliation d’une partie de l’avenue ...