Accueil » ACTUALITE » Crise à la Ceni : Janet Kabila et Corneille Nanga chez Tshisekedi

Crise à la Ceni : Janet Kabila et Corneille Nanga chez Tshisekedi

Le président congolais Félix Tshisekedi a reçu mercredi à Kinshasa Janet Kabila, la soeur jumelle de son prédécesseur Joseph Kabila, et le président de la commission électorale, dans un climat politique tendu au sein de la coalition au pouvoir, a-t-on appris de sources concordantes.

Corneille Nangaa, Président sortant de la CENI et Kazadi Nyembwe, ancien Administrateur Général de l’ANR étaient également de la partie, a-t-on appris des sources concordantes. Cette rencontre intervient pendant une période extrêmement délicate, marquée par la recrudescence de l’insécurité dans plusieurs territoires de la RDC, les récentes nominations “problématiques” soient-elles au sein de l’armée et la justice, mais aussi la question épineuse de remplacement de l’équipe de Corneille Nangaa à la tête de la Commission électorale nationale et indépendante (CENI), arrivée fin mandat depuis le 30 Juin 2019.

Nous venons d’échanger avec le président de la République“, a déclaré à l’AFP le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) Corneille Nangaa, précisant que Jaynet Kabila était également présente.

Il y a crise, il faut que les gens se parlent. Il faut la paix, il faut la stabilité”.”La rencontre a eu lieu“, a confirmé à l’AFP une source à la présidence de la République, sans donner de précision.

La soeur jumelle de Joseph Kabila est députée et présidente de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale. L’ex-président Kabila reste la principale autorité du Front commun pour le Congo (FCC), machine politique qu’il a mise sur pied avant de quitter le pouvoir et qui contrôle le Parlement.

D’après plusieurs analystes politiques, l’audience sollicitée par Jaynet Kabila consisterait à favoriser un climat de paix, de stabilité et de sérénité au sein de la coalition au pouvoir incarnée par le Cap pour le Changement, plateforme de Félix Tshisekedi et le Front Commun pour le Congo (FCC) de l’autorité morale Joseph Kabila. Après avoir signé une série d’Ordonnances “unilatérales” dans l’armée et la magistrature, Félix Tshisekedi a été critiqué sévèrement par ses partenaires du FCC.

Ces derniers estiment que le Président de la République aurait violé la Constitution du fait que ces ordonnances auraient été signées sans le contreseing du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, qui ne reconnaît pas avoir donné le feu vert à son intérimaire Gilbert Kankonde de les signer. Et d’ailleurs, selon un Ministre qui avait requis l’anonymat, lors du dernier Conseil des ministres animé par le Chef de l’Etat, le Premier ministre serait resté muet du début jusqu’à la fin de cette réunion pourtant importante, en guise de protestation.

Ces “Ordonnances problématiques” ont mis à l’écart deux personnalités influentes à l’époque du Président Kabila, à savoir : le Général John Numbi et le Président démissionnaire de la Cour Constitutionnelle Benoit Lwamba.
En rapport avec la présence de Nangaa, ce dernier aurait présenté au Président de la République le rapport général de la CENI qui parachève sa mission. 

La Prosperite / AFP / MCP / ACTU24.CD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Grève à l’Unikin : l’APUKIN demande aux professeurs membres de ne pas enseigner dans d’autres universités

L’APUKIN, l’Association des professeurs de l’Université de Kinshasa, interdit à tous ses professeurs membres d’enseigner ...