Accueil » ACTUALITE » Criminalité urbaine à Goma : une attaque armée fait 4 morts à Ndosho, la société civile locale dénonce le silence des autorités

Criminalité urbaine à Goma : une attaque armée fait 4 morts à Ndosho, la société civile locale dénonce le silence des autorités

Quatre personnes ont été tuées par des hommes armés inconnus le soir de lundi 7 septembre au quartier Ndosho dans l’avenue Kasavubu en commune de Karisimbi. La société civile de ce quartier situé à l’ouest de la ville de Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu, qui nous livre cette nouvelle, fait savoir que parmi les victimes figure un élément de la police, un militaire et deux civils.

Joint ce matin par Actu24.CD, le président de la société civile quartier Ndosho, indique que ces bandits se sont introduit dans une boutique autour de 19 heures 30 minutes où ils ont du coup tiré sur leurs cibles qui étaient tous dans cette boutique. Claude Rugo, ajoute qu’une personne a été grièvement blessée par balle au cours de cet incident malheureux qui vient une fois de plus d’endeuiller la population de ce coin de la ville de Goma.

Tout en dénonçant ce qu’il juge du silence des autorités tant urbaines que provinciales dans l’insécurité grandissante à Goma, celui-ci invite au nom de la société civile locale, non seulement le maire de ville et tous les services de sécurité, mais aussi le ministre provincial de l’intérieur à prendre des mesures et/ou stratégies idoines et surtout en renforçant les effectifs des éléments dans la police afin de ramener une sécurité durable aux populations des quartiers Ndosho, Keshero, Lac-Vert et Mugunga.

“Ces bandits sont venus dans une boutique et sur place, ils ont tué 4 personnes sans rien revendiquer. Nous fustigeont le silence des autorités dans les assassinats répétitifs dans notre quartier. Comment tout un quartier comme Ndosho peut être sécuriser par moins de 30 policiers dynamiques, ça, c’est aberrant. Le quartier Ndosho a besoin dans un bref délai de la sécurité, ce n’est pas à négocier, mais plutôt un  droit légitime. Le ministre provincial de l’intérieur doit interpeller le commissaire provincial de la police pour voir comment il peut renforcer les unités de la police dans notre quartier et ses environs.” a dit à ACTU24.CD, Claude Rugo, président de la société civile du quartier Ndosho.

Il pointe cependant, du doigt des prisonniers ayant récemment bénéficié de la grâce dite présidentielle liée à la pandémie de Covid-19, d’être à la base de tout acte pareil dans plusieurs quartiers de la ville de Goma.

“Nous pensons que ces bandits libérés de la prison il y a peu, seraient auteurs des actes pareils. Ce sont ces mêmes gens qui nous tuent et nous tracassent aux yeux de ceux qui sont censés, nous sécuriser” a-t-il ajouté.

Notons que ces assassinats interviennent trois jours seulement après le meurtre d’un autre civil dans le quartier Keshero. Cette situation serait également selon nos sources, à la base du déplacement de certaines familles vers des quartiers supposés sécurisés.

Elias Aungama, à Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les détails du gouvernement sur l’opération policière “Road Bloc” à Kinshasa

Le gouvernement congolais s’était réuni ce vendredi en 49 ème conseil des ministres depuis l’entrée ...