Accueil » ACTUALITE » Contentieux électoraux des Candidature: La Cour constitutionnelle confirme l’Inéligibilité de BEMBA et MUZITO, et L’éligibilité de BADIBANGA et IFOKU
FILE PHOTO: Jean-Pierre Bemba Gombo of the Democratic Republic of the Congo sits in the courtroom of the International Criminal Court (ICC) in The Hague, June 21, 2016. REUTERS/Michael Kooren/File Photo

Contentieux électoraux des Candidature: La Cour constitutionnelle confirme l’Inéligibilité de BEMBA et MUZITO, et L’éligibilité de BADIBANGA et IFOKU

Siégeant en matière de contentieux électoral des candidatures, la cour constitutionnelle a rendu ses verdicts ce lundi 03 Septembre 2018, tard dans la soirée, en direct de la radio télévision nationale congolaise RTNC, depuis sa chambre d’audience, pour les requêtes en contestation de : Jean-Pierre BEMBA, Adolph MUZITO, Marie-Josée IFOKU et Samy BADIBANGA.

Prononçant son arrêt dans l’affaire Jean-Pierre BEMBA Gombo, déclaré inéligible par la Commission électorale nationale indépendante le 24 Août dernier, pour subordination de témoins, la deuxième chambre de la haute cour, a confirmé cette décision de la CENI, car pour elle, « Monsieur Jean-Pierre Bemba Gombo a été condamné en première instance pour entraves à la justice, laquelle culpabilité a été confirmée par la chambre d’appel au paragraphe 16/31… il ressort de l’arrêt de la chambre de première instance, qu’il a bel et bien posé des actes de corruption ». Et d’ajouter « de ce fait, il ne peut pas à la suite de cette condamnation devenue irrévocable, prétendre accéder à la magistrature suprême ».

Cet arrêt de la deuxième chambre de la cour constitutionnelle est intervenu quelques munites seulement après que la première chambre de la même juridiction aie confirmé l’invalidation de la candidature de l’ex premier ministre congolais Adolph MUZITO, pour qui, le mal retenu à sa charge selon la CENI, tel que confirmé par la cour, reste ‘‘le conflit d’intérêt’’. Pour la CC, se rejoignant à l’avis du ministère publique donné lors de l’audience du 31 août dernier, « Monsieur Muzito siégeant à l’assemblée nationale pour le compte du Parti Lumumbiste Unifié Palu, ne peut nier son appartenance à ce dernier, qui du reste à présenter un autre candidat au même poste… ».

Si MUZITO et BEMBA peuvent considérer la date du 03 septembre 2018 comme l’une des dates les plus décevantes de leur vie, car ayant épuisé des voies de recours, et perdu leurs espoirs, d’êtres futurs chef de l’Etat congolais, et leurs sommes 160. 000. 000 de Francs congolais, équivalents à 100 000 de  Dollars américains ;   IFOKU Marie-Josée et Samy BADIBANGA, par contre, peuvent considérer la même date comme l’une des précieuses dates de leur vie, car ils ont vu cette date faire renaître leurs espoirs qui s’étaient envolés la nuit du 24 au 25 Août 2018, par la décision  de l’invalidation de leurs candidatures à la magistrature suprême par la CENI pour  ‘‘Défaut de nationalité congolaise d’origine ’’.

En effet, la chambre une de la cour suprême, a validé les candidatures de ces deux prétendus futurs présidents de la République démocratique du Congo après l’élection du 23 Décembre prochain, si celle-ci sera réellement organisée, en annulant ainsi leur écartement pour ‘‘Défaut de nationalité congolaise d’origine’’ déclaré par la CENI, à la date précitée. Pour la gardienne des lois de la république, « les deux candidats ayant prouvés le recouvrement de leurs nationalités congolaises d’origine, par les arrêtés ministériels dûment signés par l’actuel Ministre de Justice de la RDC, et d’autres pièces versées à la cour  lors des audiences traitants de leurs requêtes en constatation de l’invalidation de leur candidatures… »,  Ils doivent être remis dans leur droit, c’est-à-dire, la CENI est obligée de les réaligner sur la liste des candidats à la course vers le palais de la nation.

Tels les étudiants dans la fièvre de la délibération des cas des recours après la deuxième cession, les deux autres candidats invalidés par la CENI : Antoine GIZENGA et Jean-Paul MOKA, attendent d’être fixés par la haute cours sur leur sors, ce mardi 04 Septembre 2018.

Rédaction    

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...