Accueil » ACTUALITE » Relation au sein du CACH : Il ne peut pas y avoir deux coqs dans la même cour. Nous allons vers une catastrophe (Tribune)

Relation au sein du CACH : Il ne peut pas y avoir deux coqs dans la même cour. Nous allons vers une catastrophe (Tribune)

Depuis un certain moment, on observe une déliquescence des relations entre l’UDPS et l’UNC pourtant alliés au sein de la plate forme CASH de la coalition gouvernementale avec le le FCC. Loin s’en faut de chercher plus loin les raisons de ces déchirements qui sont tout à fait logiques et inhérents au fonctionnement des partis​ politiques qui n’ont pas encore bien défini​ les objectifs​ et le mode de fonctionnement de leur plate forme politique.

Après la signature l’accord UNC-UDPS à Naïrobi, il était tout à fait prévisible​ que cet accord souffre et qu’il devienne caduc du moment où ni​ l’UNC encore moins l’UDPS n’ont​ pas su apporter à leur plateforme le nombre​ de députés nécessaires, atteindre les objectifs afin de permettre à Vital Kamerhe de devenir premier ministre.

Les objectifs visés par la plateforme CASH n’ayant pas été atteints et face à cet échec, monsieur Kamerhe ne pouvait qu’occuper​ n’importe quel poste ministériel au sein du gouvernement avec rang de Vice premier ministre. Mais, Tshisekedi s’étant opposé à la nomination des caciques du PPRD, Yuma et consors, en retour Kabila s’était lui aussi opposé à la nomination de Kamerhe, le cas Mwamba Tshishimbi faisant école.​

Il ne restait plus à Kamerhe que rentrer en toute humilité au parlement et simplement rester sur le carreau!

A l’appréciation du Chef de l’état, le poste de Directeur de cabinet du Président pourtant déjà attribué à l’actuel adjoint, devenait le seul lot de consolation par excellence pour que monsieur Kamerhe​ ​ sauve la face.​

Cependant, le bicéphalisme qui a caractérisé le fonctionnement de la présidence de la république à ses débuts laissait prévoir une dualité qui a longtemps couvé en coulisse qui éclate aujourd’hui et laisse place aux échanges acerbes au grand jour, Effectivement, ambitieux, le directeur de cabinet a du prendre certaines décisions sans se référer à son Chef pour nous ramener dans cet imbroglio de cette gestion chaotique de ces derniers jours…

L’UNC doit comprendre que si elle a tenu à accompagner l’UDPS dans la conquête du pouvoir en 2018 c’est de son libre choix. Cela ne peut aucunement​ engager l’UDPS pour lui faire quelconque cadeau en dehors de la cogestion gouvernementale dans les règles du fonctionnement des institutions démocratiques et républicaines.

Il est tout simplement utopique de penser qu’en 2023 sans faire des grands efforts pour avoir une majorité parlementaire, Tshisekedi sera à même de convaincre l’UDPS de ce mettre au service d’un autre parti politique pour en faire élire un président de la république.​

C’est du délire, c’est tout

Entre temps, afin de permettre au président Tshisekedi de continuer de veiller en toute quiétude aux affaires de la république sans frictions, il sied à monsieur Kamerhe en gentleman, d’avoir l’élégance de démissionner suis generis de son poste de Chef de cabinet. Cela lui permettra aussi de s’exprimer librement et préparer si besoin y est la campagne pour les élections en 2023. Quitte à voir à cette échéance si l’expérience tentée peut​ être renouvelée.​ ​

Les propos et discours de monsieur Amato Bayabusire frisent l’arrogance, ils​ ne différent en rien aux menaces proférées par Kaleve Mutond, Shadari​ et des autres​ protagonistes au sein du FCC-CASH. Cela n’est besoin de le dire, qu’il est grand temps​ ​ de tout arrêter aujourd’hui, quitte à garder la cohésion au sein du gouvernement.​

Ce qui est sûr,​ ce que l’on sent une certaine nervosité au sein de l’UNC, il lui sera très dur de participer aux élections si on est pas au gouvernement, car toute dissolution de l’Assemble Nationale nécessitera une nouvelle distribution des cartes ou une recomposition qui ne sera pas toujours favorable au parti.​ ​

Kamerhe qui le sait très bien, car Bahati, Katumbi, Bemba sont à l’affût dans l’antichambre à côté.

Dr Kabeya Kandolo Muhemba

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Nord-Kivu : l’hon JP Ngahangondi plaide pour l’amélioration des conditions carcérales à Kangbayi

Dans la poursuite des ses vacances parlementaires dans son fief électoral, Jean-Paul Paluku Ngahangondi reste ...