Accueil » ACTUALITE » Dircab du chef de l’Etat, Vital kamerhe, victime malgré lui du programme des 100 jours

Dircab du chef de l’Etat, Vital kamerhe, victime malgré lui du programme des 100 jours

Dans le rapport de l’Office des routes arrêté à la situation du 15 janvier, nulle part n’apparait le nom du Dircab du chef de l’Etat comme bénéficiaire d’un quelconque financement pour l’exécution des travaux.

Les chantiers lancés en 2019 dans le cadre du programme d’urgence des 100 jours du Président de la République, Félix Tshisekedi, font débat depuis quelque temps à la suite de la lenteur constatée dans l’exécution de certains ouvrages. En lieu et place de s’interroger sur le processus de décaissement des fonds alloués à ces travaux, beaucoup ont pris le raccourci, indexant à tort ou à raison le Directeur de cabinet du chef de l’Etat que l’on accuse de tous les péchés du monde.

Lorsque que l’on gratte, ce lynchage en règle de Vital Kamerhe est presque sans fondement. Juste nuire à ce partenaire du chef de l’Etat. Car la réunion de conjoncture du samedi 8 février, présidée par le Premier ministre et à laquelle avaient pris part le VPM en charge du Budget Mayo Mambeke, celui en charge des ITPR Willy Ngoopos, le vice-ministre des Finances Junior Mata, le directeur de cabinet du ministre d’Etat à l’Urbanisme et Habitat, le gouverneur de la BCC, les DG de l’Office des routes et de l’OVD révèle non seulement la réalité des chiffres, mais aussi une fatwa lancée depuis de long mois déjà contre l’autorité morale de l’UNC.

Ce n’est pas tout. Forum des As a consulté le rapport de l’Office des routes, sur le Programme d’urgence des 100 premiers jours du chef de l’Etat, secteur routier. Nulle part ce rapport, qui retrace la situation du Programme des 100 jours arrêté au 15 janvier dernier, ne mentionne le nom du Directeur de cabinet de FATSHI comme ayant perçu de l’argent destiné aux travaux.

Le chantier de construction de 4 sauts-de-moutons et voie rapide entre Echangeur de Limete et Aéroport de Ndjili a été confié à SAFRICAS pour un montant contractuel de 19 460 820,95 USD. Le Trésor public a décaissé 9 652 008, 75 USD. Le taux de décaissement est de 50%. 11 676 492, 57 USD. Selon les estimations de l’Office des routes, le taux d’exécution des travaux est de 60%. Et le solde à payer à Safricas est de 9 808 812, 20 USD. Des observateurs en sont encore à se demander pourquoi s’acharne-t-on tant contre le Dircab du Chef de l’Etat?

Les chantiers exécutés par l’Office des routes sont répartis en 3 volets : routes, ponts et bacs.

Volet routes: le travail consiste en la suppression des bourbiers et la remise en pratiquabilité des routes sur un linéaire global de 2.830,5 Km repartis sur 46 axes routiers à travers l’ensemble du territoire national;
Les travaux relatifs aux ponts concernent la réhabilitation des ouvrages existants, le remplacement des tabliers, la reconstruction et le lancement de nouveaux ponts sur un total de 32 sites ; Construction de 4 saute-moutons et d’une voie rapide (11 km) sur l’axe Echangeur de Limete – Aéroport de N’djili à Kinshasa.
Enfin les chantiers liés aux bacs visent la réhabilitation et réparation de 18 bacs; le déploiement de 24 bacs vers des sites d’exploitation.

Le niveau global d’exécution indique que sur les 46 routes retenues, 43 ont été effectivement prises en charge, avec un taux d’intervention de 93% selon l’Office des routes. Le document précise que des travaux de consolidation sont en cours sur les différents axes.

Quant aux ponts, sur les 36 programmés, tous étaient pris en charge. Le taux d’intervention est de 100%, autrement dit les 24 ponts sont terminés.

Sur les 18 bacs à réhabiliter, 6 sont complètement finis. Selon le document de l’Office des routes, les travaux ont été exécutés à 77 %.

Pour les 24 bacs à déployer, ils l’ont tous été, avec un taux d’intervention à 100 %. L’Office des routes note que 19 bacs sont déjà arrivés sur les différents sites.

La situation de décaissement montre que sur les 95 868 784 dollars prévus, 63 945 246 ont été réellement décaissés, le taux de réalisation est de 66,70 %. Le solde à payer à l’Office est 31 923 58 USD.

A ce montant doit s’ajouter 1 000 000 USD empruntés par le Gouvernement au mois d’octobre 2019 pour la lutte anti-érosive au site Dumez à Kinshasa, ce qui porte le solde restant à verser à l’Office des Routes à 32 923 538 USD.

Par rapport au montant de 79 563 753 USD annoncé le 2 mars 2019, il s’est dégagé pendant l’exécution du programme des travaux supplémentaires dus notamment à : la dégradation des situations sur plusieurs sites consécutive à une pluviométrie exceptionnelle ; l’augmentation du linéaire d’intervention sur l’axe Kananga – Mbuji Mayi de 100 à 180 km ; l’aménagement d’une voie rapide entre l’échangeur de Limete et l’aéroport de N’djili sur 11 km “, lit-on dans le document.

Par ailleurs certains projets prévus initialement en régie ont été confiés à des entreprises compte tenu de leurs spécificités et des contraintes des délais.

HONNEUR AUX ENTREPRISES CHINOISES

A noter la belle performance des entreprises chinoises dont la plupart se sont distinguées lors de ces travaux du Programme d’urgence des 100 jours du chef de l’Etat. Surtout là où la totalité des fonds contractuels est versée. C’est le cas avec Sinohydro pour la construction du pont de Kawizi dans le Sud-Kivu ou CREC 7 avec l’érosion de Badiadingi, entretien et réparation collecteurs RN1-Echangeur de Limete-aéroport de Ndjili à Kinshasa. CREC 7 a reçu 600 000 USD du Trésor public pour ces travaux qu’il a exécutés à 100 %. CREC 8 a également réalisé les 100 % des travaux sur l’axe routier Mbuji-Mayi Mwene Ditu (réparation asphaltique, lutte anti érosive). La firme chinoise avait perçu pour cela 1066 500,00 USD.

Didier Kebongo
Forum des As

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Concert de Fally Ipupa à AccorHotels Arena : la police française va contrecarrer toute manifestation sur le lieu

Dans un communiqué rendu public ce mardi 25 février, le ministère de l’intérieur français a, ...