Accueil » ACTUALITE » Nord-Kivu/Goma : Carly Nzanzu invite les journalistes au respect de la déontologie et d’éthique

Nord-Kivu/Goma : Carly Nzanzu invite les journalistes au respect de la déontologie et d’éthique

Le gouverneur de province du Nord-Kivu, Carly Nzanu, demande aux journalistes de respecter leur déontologie et éthique dans l’accompagnement des initiatives du gouvernement central et provincial. Il l’a indiqué ce lundi 20 janvier dans un café de presse au bureau de l’UNPC section du Nord-Kivu

À l’en croire, aucun média n’est jusqu’à présent fermé dans la province du Nord-Kivu sous prétexte que ce dernier a diffusé des propos que les politiques ne veulent pas entendre.

Cependant, le numéro 1 de la province a, au cours de ce café, invité tous les journalistes, surtout ceux œuvrant dans cette partie sous menace attribuées à plusieurs groupes armés au côté de la maladie à virus Ebola, à bien faire leur travail malgré tout et ce, au respect de leur déontologie et éthique qui les régissent.

Si un journaliste diffuse sur les antennes d’une radio des propos diffamatoires où qui seraient à l’avantage de l’ennemi, là on ne va pas vous laisser jouer à la carte de l’ennemi, c’est vraiment normale dans une situation de guerre.Mais je ne crois pas qu’on ait fermer une radio parce qu’on ne veut pas la tête de celui ou celle qui l’anime. Que chacun fasse son travail dans le respect strict des lois de la République” a indiqué Carly Nzanzu Kasivita devant les hommes et femmes de médias en ville de Goma ce lundi dans un entretien sans tabous.

Reconnaissant que le journalisme est un secteur aussi si important dans un pays, l’autorité provinciale exhorte aux chevaliers de la plume à éviter certains comportements qui ne les honorent pas devant le commun de mortel.

Tout en saluant le courage et l’engagement des journalistes de la province du en générale, ceux de la région de Beni en guerre en particulier, Carly Nzanzu Kasivita condamne les attaques rebelles des entités qui poussent certaines chaines de radios à fermer leurs portes craignant à leur sécurité.

Dans le Nord-Kivu il y’a la liberté d’expression, raison pour la quelle il y’a trop des médias. Mais aussi les journalistes ne doivent pas s’exposer au risque sous prétexte d’être journaliste comme dit, le quatrième pouvoir. Dans notre zone, les journalistes doivent être prudents vu que nous ne pouvons pas mettre un policier dernière chaque journaliste” ajoute-il.

Depuis le commencement des atrocités des rebelles dans la province du Nord-Kivu, certains journalistes ont perdus leurs vies et d’autres menacés par des hommes sans loi ni foie.

Elias Aungama, à Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Linafoot : l’AS V. Club lamine l’OC Bukavu Dawa (5-1) et remonte à la 3e place

C’était un après-midi cauchemardesque pour l’OC Bukavu Dawa, car étrillé ce jeudi 20 février au ...