Accueil » ACTUALITE » RDC : « Dans le camp Kabila, certains n’acceptent toujours pas d’avoir perdu leurs privilèges. Et dans notre propre camp certains n’acceptent pas de se coaliser », Félix Tshisekedi reste confiant

RDC : « Dans le camp Kabila, certains n’acceptent toujours pas d’avoir perdu leurs privilèges. Et dans notre propre camp certains n’acceptent pas de se coaliser », Félix Tshisekedi reste confiant

Félix Tshisekedi est en Europe. Reçu en invité d’honneur lors du Forum de Paris sur la paix qui s’est clôturé le mercredi 13 novembre, il en a profité pour échanger avec la presse. Au cours d’un entretien accordé au journal français Libération, il se montre plutôt confiant quant à la coalition gouvernementale formée par sa plateforme politique Cap pour le changement(CACH) et celle de l’ancien président Front commun pour le Congo(FCC) de Joseph Kabila.

Quoi que ces derniers temps l’actualité politique en RDC est marquée par de tensions entre les hauts cadres de ces deux plateformes, Tshisekedi reste confiant et brandi la viabilité de cette coalition.

« Elle est viable, même si en politique, les alliances se font et se défont au gré des conjonctures. Après, il faut se rappeler que le Congo, c’est soixante ans d’indépendance sans jamais aucune alternance pacifique. C’est la première fois que ça arrive, on n’a aucune référence sur laquelle s’appuyer. Il y a une équipe qui sort, qui dirigeait le pays depuis près de vingt ans. Ces gens-là ont pris des habitudes, gardent des réflexes », explique-t-il.

Avant de poursuivre, « dans le camp Kabila, certains n’acceptent toujours pas d’avoir perdu leurs privilèges. Et dans notre propre camp, certains n’acceptent pas de se coaliser avec ceux qui étaient hier encore nos bourreaux. Il y a quelques mois, ces gens-là étaient nos adversaires, on ne va pas soudainement se faire des bisous sur la bouche ! On nous avait annoncé un bain de sang pour ces élections, il n’a pas eu lieu. On affirmait que Kabila ferait passer son dauphin de force et ce ne fut pas le cas. Laissez-nous le temps et vous verrez dans cinq ans, dans dix ans, l’alternance politique au Congo, ce sera une routine. »

TAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sud-Kivu/Bukavu : un éboulement de terre a coûté la vie à au moins 7 personnes

La pluie qui s’est abattue sur la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du ...