Accueil » ACTUALITE » Nous sommes tous responsables de la destruction méchante de notre pays [une tribune de Michel Mwika]

Nous sommes tous responsables de la destruction méchante de notre pays [une tribune de Michel Mwika]

En RDC, rien ne se fait sans « l’impulsion de… »

Tout citoyen congolais connaît certainement cette célébrissime phrase et je parie que quand vous l’entendez, votre premier réflexe est de zapper la chaîne ou les écrits. Vous est-il déjà arrivé de vous poser la question de savoir pourquoi en RDC tout est souvent fait SOUS L’IMPULSION DE…?

Depuis un long moment je m’interroge sur la question et sur la capacité du citoyen Congolais à travailler SANS L’IMPULSION DE…

Eurêka! Eurêka! Eurêka! Eurêka! Hier en me rendant au siège du Parti, j’ai enfin pu comprendre le vrai sens de ; “SOUS L’IMPULSION DU CHEF DE L’ÉTAT, SOUS L’IMPULSION DE L’AUTORITÉ MORALE etc…”

J’avoue que nous y sommes pour beaucoup…

Il y a peu, différents chantiers de construction des sauts-de-mouton avaient été lancé en grande pompe. Deux mois environ après ce lancement, et l’espoir suscité, c’est le désarroi total; embouteillages, magouilles financières, et j’en passe… Rien de concret n’a été réellement fait, sur certains chantiers, la seule réalisation à ce jour, ce sont juste les célèbres tôles bleues qui jonchent certains carrefours, causant d’énormes embouteillages.

Voulant s’enquérir de l’évolution des travaux, peut-être pour donner l’impulsion aux travaux, le Président Félix TSHISEKEDI a annoncé à travers son porte parole Monsieur Kasongo MWEMA YAMBA YAMBA, qu’il ferait personnellement une descente sur différents sites pour voir de ses propres yeux l’état d’avancement des travaux.

Très bon réflexe du chef de l’État, même si je ne suis pas d’accord avec la procédure (Simple avis personnel.), je l’aurais plutôt conseillé de s’y rendre par surprise, pour qu’il se fasse sa propre religion et constate la nonchalance de certains maîtres d’ouvrage dans l’exécution des travaux pour lesquels ils avaient déjà été payé.

Je ne parlerai pas de tous les chantiers, je ne parlerai que d’un seul, celui se trouvant sur l’avenue 24 Novembre, croisement Avenue Nyangwe (ASANEF), puisque je passe presque régulièrement par là quand je me rends au siège de notre Parti Politique.

Les travaux n’ont réellement jamais été amorcé sur ce chantier, c’est seulement Mardi 16 Juillet 2019 que je les ai vu travailler avec un zèle à l’ouvrage rarissime, non pas parce qu’ils aiment leur travail mais plutôt parce que le Président de la République passera sur le chantier…( ils attendaient sans doute L’IMPULSION du chef de l’Etat.)

Petite parenthèse: ” La nonchalance dans l’exécution des tâches est un comportement que je constate quelque fois même au sein de notre Parti Politique. Un comportement que nous essayons de combattre méthodiquement…

Heureusement qu’au PNEC nous avons la chance d’avoir plusieurs jeunes dévoués, qui n’ont pas besoin de pression, encore moins D’IMPULSION pour remplir leurs engagements vis à vis de la Patrie et du Parti.” Fin de ma petite parenthèse.

Comment voulez-vous qu’il n’y est pas dans notre pays de: ” SOUS L’IMPULSION DE…” quand la plupart des personnes ne font jamais leur travail spontanément ?

Plusieurs citoyens congolais n’agissent pas pour exécuter leur tâche mais plutôt pour être vu, pour faire beau, pour donner l’impression de faire quelque chose alors qu’en réalité, ils ne font rien. Il suffit juste que les regards se détournent pour qu’ils arrêtent ilico-presto et passent à autre chose.

Il existe bel et bien des exceptions, vous en connaissez certainement autour de vous. Nous avons l’obligation de les encourager afin qu’ils ne se découragent et ne se conforment pas aux mauvaises habitudes.

Je mets ma main à couper que si le chef de l’État n’avait pas annoncé sa présence sur différents chantiers, les travaux n’auraient jamais commencé ce Mercredi 17 Juillet 2019 sur le chantier de l’avenue 24 Novembre et sur certains chantiers de la ville.

Imaginez-vous que malgré la présence régulière du chef de l’État dans la capitale KINSHASA, les travaux ne s’exécutent quand même pas comme il se devait; Qu’adviendrait-il des travaux qui seraient lancés à BOENDE, KABONGO, TSHIKAPA ET BÉNI ? Là où le chef de l’État ne va pas régulièrement ?

Faut-il toujours qu’il y ait quelqu’un pour nous donner L’IMPULSION afin que nous puissions exécuter nos tâches respectives ? Nous risquons inutilement de légitimer et donner raison à ceux qui pensent que les congolais n’écoutent que sous l’effet de la terreur et légitimé ainsi la brutalité coloniale des Belges…

Tant que chacun de nous n’exécutera pas son travail avec amour et passion, le Congo risquerait de continuer à stagner dans les abysses des enfers du désordre et du sous développement.

Chers compatriotes, Réveillons-nous et mettons nous sérieusement au travail. Nous n’avons plus le temps à perdre, parce que nous avons déjà perdu 59 ans de notre existence.

Autres fois, c’était un certain Joseph KABILA, à son début de mandat de 2006. L’homme multipliait les descentes sur terrain, chantier à droit, chantier à gauche…

Jusqu’au fameux jour où après un long déplacement en voiture pour le Kongo Central en compagnie d’une grande délégation ministérielle, il enclencha devant les journalistes et caméras le soi-disant bouton déclencheur de la fibre optique, la suite nous la connaissons tous…!

N’ayant pas réussi à avoir une équipe dévouée ( cfr 17 collaborateurs sérieux), il m’a personnellement semblé que le Président KABILA, aujourd’hui Sénateur à vie, avait finalement décidé de baisser complètement les bras. Et tout était devenu alors folklorique… SOUS L’IMPULSION.

Aujourd’hui, malheureusement, les mêmes mauvaises habitudes semblent s’installer petit à petit autour du Président Félix TSHISEKEDI.

Le Président Félix TSHISEKEDI a mieux à faire que descendre sur terrain pour suivre l’évolution de certains chantiers ( sauts-de-moutons )…

Jusqu’à quand le chef de l’État va continuer à descendre sur terrain pour donner L’IMPULSION aux travaux, que dis-je ? Disons plutôt, pour suivre l’évolution des simples travaux censés être surveillés par différents collaborateurs, maîtres d’ouvrage, médias, voir même les citoyens ?

Que se passera t-il le jour ou nous déciderons de construire une fusée ?

À ce rythme, je crains que le Président de la République soit obligé d’aménager ses bureaux sur le site de construction de ladite fusée. Au risque d’enclencher le décompte du décollage d’une fusée mise en scène sur un écran géant!

Je nous rappelle que le Président de la République n’est pas omniprésent moins encore omniscient, mais il peut le devenir par la magie de la responsabilité de ses collaborateurs et de tous les citoyens congolais, si et seulement si ses collaborateurs et tous les citoyens congolais arrivent à faire convenablement leur part du boulot sans attendre son impulsion moins encore celle d’une quelconque autre personnalité.

Chers compatriotes, je ne citerai pas les responsables de cette déliquescence que vit notre pays.

Si je dois citer quelqu’un, je me citerai moi-même, oui, moi Michel MWIKA BANZA, pour toutes les fois où j’ai été un mauvais citoyen. Les autres responsables sont très nombreux, je préfère dire simplement que nous sommes tous responsables de la destruction méchante de notre pays.

De la même manière nous sommes responsables de sa destruction, nous pouvons être responsables de sa reconstruction, à condition que chacun de nous puisse prendre la ferme résolution de rebâtir ensemble notre chère Patrie.

Évitons que le Président Félix TSHISEKEDI échoue, parce que s’il échouait, c’est toute la République qui échouera, qui perdra de surcroît cinq précieuses années, et le peuple Congolais devenu très exigeant ne tardera pas à remixer la célèbre chanson, YEBELA, cette fois ci avec le nom de FÉLIX; YEBELA, MANDAT ESILI !

MERCI d’avoir pris la peine de lire cette longue tribune et d’en faire large diffusion s’il vous a plu, afin qu’il atteigne plusieurs autres citoyens congolais.

Je m’excuse si vous avez été vexé par certains propos, mais je me devais d’exprimer mes pensées en suivant ma propre perception.

Maître Michel MWIKA BANZA, Citoyen Congolais, fier de l’être et Président National du PNEC.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

RDC : Seth Kikuni souhaite qu’on impose à deux le nombre d’enfants par couple

Il a toujours proposé de solutions radicales. Après avoir ouvertement exigé la vente de la Télévision d'État qu'il considère le contenu de piètre qualité, l'ancien candidat président de la République à la dernière présidentielle revient ce 23 août avec une proposition qui pourra faire de vagues.