Accueil » ACTUALITE » Beni : qui a tué à Lume ? S’interroge Jean-Baptiste Kasekwa

Beni : qui a tué à Lume ? S’interroge Jean-Baptiste Kasekwa

Au moins quatorze personnes dont quatre malade ont été tuées dans une attaque contre une structure sanitaire dans la nuit de jeudi à ce vendredi 8 juillet 2022 dans la commune rurale de Lume située dans le secteur de Ruwenzori sur l’axe Beni-Kasindi en territoire de Beni au Nord-Kivu sous l’état de siège. Selon nos sources dans la région, l’ennemi a pris d’assaut cette partie autour de 21 h 30 locales et ôter la vie à des innocents.

À en croire, les témoignages parvenus à notre Rédaction, les assaillants assimilés à des terroristes des forces démocratiques et alliées ADF, ont incendié le centre de santé de référence de la CECA20 dont quatre blocs avec 4 malades à l’intérieur, loin de là, d’autres bâtiments de ce centre de santé ont été réduits également en cendres. Des corps calcinés ont été retrouvés dans des blocs incendiés ajoutent nos sources.

Alors que plusieurs garde-malades et d’autres civils de la place, sont portés disparus, des interrogations se font sur l’identité de l’ennemi.

À titre Illustratif, le député national Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa s’interroge sur la l’identité de l’auteur de cette attaque sanglante.

Dans une publication sur son compte Twitter et exploitée ce vendredi par ACTU24.CD, cet élu de la ville de Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu, se pose certaines questions relatives à ce qu’il qualifie de « coïncidences troublantes » sur le massacre de civils à Lume après le retrait selon lui, des gardes militaires de ce centre de santé.

« Coïncidences troublantes sur le massacre de 14 civils à Beni-Lume : tueurs vêtus en tenue des FARDC et de la PNC ; retrait de l’hôpital de gardes militaires et de 2 malades dont un de la PNC et un dépendant avant la tuerie ; pas d’intervention malgré l’arrivée à Lume de plus de 100 militaires des FARDC le même jour. Qui a tué à Beni ? » s’est-il interrogé.

Pour Jean-Baptiste Kasekwa qui ne cesse d’exiger la mise en pratique de l’article 63 de la constitution congolaise, la recrudescence des cas de massacres dans le territoire de Beni et d’assassinats ciblés dans le territoire de Rutshuru montre que la province est en péril en dépit de l’instauration de l’état de siège et de la mutualisation des forces FARDC-UPDF.

À l’en croire, la levée de l’état de siège et l’affectation des commandants patriotes capables de mettre la population en confiance et d’encadrer efficacement la collaboration des jeunes volontaires en zones de Beni-Irumu-Mambasa s’avèrent impérieuses pendant cette période durant laquelle la République démocratique du Congo fait également face à l’agression rwandaise.

L’attaque de Lume intervient après plusieurs autres enregistrées cette semaine dans les localités de Hurara, Kilya et Mamove toujours dans le territoire de Beni.

Cependant, de leur côté, les Forces Armées de la Réputation Démocratique du Congo (FARDC) ont annoncé avoir tué 3 rebelles Maï-Maï dans la nuit du jeudi 7 à ce vendredi 08 juillet 2022 à Lume, dans le secteur de Ruwenzori, territoire de Beni au Nord-Kivu.

D’après le porte-parole du secteur opérationnel Sokola 1 Grand-Nord qui a livré cette information à la presse, il s’agit des rebelles du mouvement Maï-Maï Yira, avec à leur tête un natif du coin du nom de Kambale Dido. Ce mouvement serait auteur de l’attaque du centre de santé de Lume.

« Ce mouvement supplétif des terroristes ADF/ MTM au mode opératoire identique à celui des Djihadistes, a fait une incursion dans une structure sanitaire et quelques malades qui s’y trouvaient ont été calcinés. Quelques maisons de la population ont été incendiées », lit-on dans cette dépêche signée le capitaine Antony Mualushayi, porte-parole de l’armée dans la région de Beni.

Il sied de signaler que la province du Nord-Kivu reste secouée par des groupes armés négatifs en dépit de l’instauration de l’état de siège et du déroulement des opérations conjointes FARDC-UPDF. Elle est sous menace du M23 soutenu par le Rwanda dans sa partie Sud alors qu’elle depuis plusieurs années menacée dans la partie Nord par des rebelles ADF aux côtés de certains groupes armés locaux.

Elias Aungama depuis Goma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Parti politique : Nadin Mfutila, nouveau secrétaire général de l’ECO

Le président national du parti politique Engagement pour le Congo (ECO), l’ancien gouverneur de la ...