Accueil » ACTUALITE » Beni : le maire de ville taxe l’exécutif provincial, les élus provinciaux et nationaux de Beni d’instrumentaliser les jeunes pour exiger sa démission

Beni : le maire de ville taxe l’exécutif provincial, les élus provinciaux et nationaux de Beni d’instrumentaliser les jeunes pour exiger sa démission

Après trois journées successives des manifestations organisées en ville de Beni par un groupe de pression exigeant la démission du maire de ville, l’autorité urbaine réagit et pointe du doigt des politiciens d’être à la base de ces soulèvements occasionnant des troubles dans sa juridiction.

Accusé d’avoir failli à sa mission régalienne, Nyonyi Bwanakawa, maire de ville de Beni qui parle d’une manipulation des jeunes par les élus provinciaux et nationaux de cette région aux côtés du gouvernement provincial, dit être prêt à quitter son poste de maire de ville, mais après que ses fautes sur Beni lui soient montrées car estime-t-il, la durée à la tête de la ville n’est pas une erreur.

Nyonyi Bwanakawa Jean-Edmond, indique que c’est dérisoire de voir que ces politiques cherchent à déstabiliser également le commandement des opérations Sokola l, engagé de la traque des ADF. 

Ce n’est pas pour vouloir remplacer Nyonyi qu’il faut déstabiliser toute la ville en cette période difficile caractérisée par des tueries et des maladies. Je n’ai aucune erreur jusque-là, que ça soit pour l’insécurité ou pour le non-développement. Ces mêmes politiciens préparent de stratégies par lesquelles déstabiliser le commandant secteur opérationnel, ils l’ont fait avec le général Mbangu, le général Mundos. L’insécurité que nous vivons à Beni, est une instrumentalisation des politiciens“, a fait savoir Nyonyi Bwanakawa Jean-Edmond, maire de ville au cours d’un entretien avec la RTR, une chaîne locale.

À l’autorité urbaine de dénoncer le comportent et/ou le silence du gouvernement provincial du Nord-Kivu après l’avoir interpellé à Goma, où dit-il, ne fait rien et n’a jamais été reçu par l’autorité provinciale.

Je suis à Goma depuis quelques jours, mais je suis toujours à l’hôtel, et mon travail est de dormir et me réveiller. Je ne veux pas citer les noms gens, mais vous savez tous qui sont les élus de Beni que ça soit au niveau provincial et national, mais aussi vous savez qui peut m’appeler à Goma. Quand ça brûle à Beni, on me garde à Goma”, a-t-il ajouté.

Il dénonce en outre, un traitement qu’il qualifie d’illégal dans le cadre de réhabilitation des infrastructures dans les trois villes de la province. Selon lui, la ville de Beni est victime de partage illégal des moyens pour l’asphaltage de voiries.

Sur le plan développement, la ville de Beni doit être traitée de la même façon que les deux autres villes de la province. À Butembo, on a 10 km de routes asphaltées, à Goma on a autour de 60 km, mais à Beni, c’est difficilement qu’on peut avoir 2 km

Par ailleurs, pour rétablir la paix et mettre terme aux troubles dans la ville, Nyonyi Bwanakawa invite les jeunes à éviter toute instrumentalisation des hommes politiques. Et demande à tout politicien impliqué dans cette affaire, de revenir au bon sens et laisser cette si malsaine démarche.

Notons que c’est depuis mardi dernier que la ” Véranda Mutsanga section de Beni” a lancé son opération dénommée “ma ville n’est pas un royaume”, opération qui vise à exiger la démission de l’autorité urbaine et du commandant de la PNC ville de Beni.

Elias Aungama

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

RDC : le ministre Tunda Ya Kasende n’a pas démissionné

Le vice-premier ministre en charge de la Justice, Celestin Tunda Ya Kasende n’a pas déposé ...