Accueil » ACTUALITE » Affaire Minembwe : Tembos Yotama saisit le Conseil d’État pour exiger l’annulation du décret conférant à cette entité le statut de commune

Affaire Minembwe : Tembos Yotama saisit le Conseil d’État pour exiger l’annulation du décret conférant à cette entité le statut de commune

Pendant que la fameuse installation des animateurs de la commune de Minembwe au Sud-Kivu déchire la toile, le député national Tembos Yotama a ce mardi saisi le Conseil d’État afin de demander l’annulation du décret du 13 juin 2013 conférant le statut de “commune et ville à certaines agglomérations” du pays. À l’en croire, ce décret présente plusieurs irrégularités notamment sur le plan de droit, et cela, en violation des dispositions de la loi portant sur la gestion et le fonctionnement des entités administratives décentralisées.

L’élu de Butembo au Nord-Kivu a au cours d’une interview accordée à la presse de la capitale congolaise, laissé entendre que sa démarche se justifie par le fait qu’au niveau du parlement, il s’agit que d’une simple interpellation qui selon lui, ne va rien changer dans ce décret. C’est ainsi, qu’il a trouvé meilleur de saisir le Conseil d’État pour l’annulation non seulement immédiate, mais aussi complète de ce décret.

Le dernier Conseil des ministres aurait suspendu l’exécution de ce décret et le président de la République l’a aussi annoncé lors de son séjour à Goma, en annonçant l’annulation de l’installation de Minembwe comme commune. Mais ce sont des décisions politiques qui peuvent d’un moment en autre être levées ; c’est pourquoi de notre part, nous avons choisi la justice pour l’annulation pure et simple de ce décret qui présente des irrégularités notamment sur le plan de droit en violation des dispositions de la loi portant sur la gestion des entités administratives et décentralisées.” a dit devant la presse, Tembos Yotama élu de la ville de Butembo.

Accusé d’avoir installé le bourgmestre de la commune de Minembwe au Sud-Kivu, le ministre d’État et de la décentralisation était lundi 19 octobre devant les parlementaires afin d’éclairer l’opinion sur cette affaire. Azaris Ruberwa a d’entrée de jeu, nié toutes les accusations qui portent sur lui, avant de solliciter 48 heures pour répondre aux différentes questions des élus nationaux.

Elias Aungama

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

État de siège à Butembo : tentative de spoliation d’une partie de l’avenue de l’église par le maire policier, manœuvre dénoncée par un parlementaire

Le député provincial Mbenze Yotama dénonce ce qu’il qualifie de spoliation d’une partie de l’avenue ...