Accueil » ACTUALITE » Affaire Gisèle – nouvelle version : « la première dame n’a rien avoir dans cette histoire »

Affaire Gisèle – nouvelle version : « la première dame n’a rien avoir dans cette histoire »

Depuis quelques heures l’opinion congolaise est en alerte. Une vidéo commentée mais pas assez illustrée renseigne qu’une femme, qui serait une maitresse du président congolais, était en train de se faire expulser d’une résidence. Et depuis, les versions pleuvent. Certaines accusent Denise Nyakeru la première dame d’être derrière l’affaire. Ce mercredi, les éléments recueillis par votre rédaction rapportent d’autres détails.

D’abord, la Maison Civile du président congolais a communiqué, rappelant simplement qu’une vidéo « tel un nouveau virus » a été mise en ligne dans le seul but de nuire au président Tshisekedi, et que d’autres ont été fabriquées dans le même but. Puis de renvoyer à « l’arbre à palabres » pour la résolution pacifique des differends si problème il y a.

Mais que s’est-il passé en effet ? Une des versions collectées tente de se faire plus explicite.

La vérité est que, rapporte en anonyme notre source, la première dame n’a rien avoir dans cette histoire. Rien du tout !
Le croire est tout simplement de la naïveté, car la personne expulsée hier, belge avec des enfants belges « est en RDC depuis le début de la mandature, la première dame aurait usé de sa position depuis, il y a donc deux ans, deux années. Elle ne l’a jamais fait. »

Tout tranquille, la source poursuit, « ceux qui connaissent un peu l’histoire savent que l’homme (le président de la République, ndlr) aimait la dame (Gisèle Mpela, ex-compagne du président, sœur de deux vedettes de la musique congolaise Alain et Bouro Mpela, ndlr) et ne peut pas se laisser « manipuler » par qui que ce soit pour humilier ou maltraiter la mère de ses enfants. Chaque personne ayant une histoire et un passé, la vérité c’est que entre les deux, il n’y avait plus rien, depuis longtemps, et la relation se limitait à ce qui est bien pour les enfants. Ceux qui connaissent l’avenue des 3 vallées à Ma Campagne (un des quartiers chics de Kinshasa, ndlr), peuvent bien reconnaître l’appartement où vivaient désormais la dame et les enfants, et c’est tout sauf du standing d’une « femme de la cour » d’un président de la République.

Ce qui s’est passé (l’expulsion de la dame, ndlr) condamnable ou pas, c’est juste la décision d’un père qui, en droit civil congolais, a le droit de décider du lieu de résidence de ses enfants mineurs à charge, et qui a estimé que les intérêts des enfants commandent qu’ils résident en Belgique, pays dont ils ont la nationalité, d’où le quiproquo soulèvé autour de l’intervention de la Direction générale de migration (DGM) dans cette affaire.

Quand aux soupçons « d’infidélité » chez la dame, notamment une liaison plus ou moins avérée avec le patron de Mafricom, le riche libanais expulsé de la RDC il y a quelques jours, cela fait partie des ragots de la rue, et ne peuvent pas avoir déclenché cette décision. La Maison Civile du chef de l’État a recommandé l’arbre à palabre, on estime donc qu’il y a eu réellement palabre, et l’affaire a été réglée de la manière dont on sait, à savoir le retour des enfants et de la mère en Belgique. »

Une affaire qui tombe tout juste après qu’en marge de la dernière marche étouffée de l’opposition, l’opposant Martin Fayulu a accusé le président Tshisekedi de dilapidation de « l’argent de la République », allant « draguer les jeunes filles ». Les médias peoples ont quoi mettre sous la dent.

TAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Trophées en main, Hondi Rugenge champion du Monde de Bodybuilding s’imprègne de dégâts de l’éruption du volcan Nyiragongo

Le champion du Monde 2019 de Bodybuilding est arrivé samedi 20 novembre 2021 dans la ...