Accueil » ACTUALITE » A 72 HEURES DE LA CLOTURE DE DE DEPOT DE CANDIDATURES : NOUVEL ARTICLE N° 16256

A 72 HEURES DE LA CLOTURE DE DE DEPOT DE CANDIDATURES : NOUVEL ARTICLE N° 16256

Pour n’avoir parié sur le respect du calendrier électoral, nombre de partis et regroupements politiques obligés de parer au plus pressé pour ne pas rater le train des élections des députés provinciaux.

Dans son édition d’hier jeudi 5 juillet, Forum des As s’est fait l’écho de la situation dans quelques Bureaux de réception et de traitement de candidatures (BRTC) de la CENI à Kinshasa. Onze jours après l’ouverture desdits Bureaux le 25 juin dernier, il a été constaté qu’il y a avait encore très peu, ou presque pas d’engouement sur le front du dépôt de candidatures pour les provinciales. 

Conformément au calendrier de la Centrale électorale qui prévoit la clôture de l’opération de dépôt de candidatures à la date du 8 juillet en cours, les regroupements politiques n’ont plus que trois jours pour relever le défi. La Commission électorale nationale indépendante étant intraitable quant au deadline, n’entend pas accorder un sursis aux regroupements politiques retardataires. Les BRTC devront donc fermer leurs portes dès ce dimanche 8 juillet. 

LES RAISONS D’UNE LETHARGIE

L’ouragan semble avoir changé de direction. La pression autrefois exercée sur la Centrale électorale,a gagné les partis et plateformes politiques. Face à l’impératif du seuil de représentativité fixé à 1%, tous sont aujourd’hui obligés de se présenter sur des listes pour prétendre gagner les élections officiellement prévues au mois de décembre prochain. Question cependant, combien de regroupements politiques se sont réellement préparés à ces élections ? Poser la question, c’est y répondre, dit-on. 
Toutefois, la léthargie est manifestement observée dans le camp des acteurs politiques -les mêmes qui, matin midi et soir – n’avaient de cesse de réclamer la tenue effective des élections. Ils semblent être pris à ce jour, au piège de leur impréparation. Car, nombreux parmi eux ne croyaient sans doute pas que Corneille Nangaa allait effectivement respecter son chronogramme publié depuis le 5 novembre 2017. Ceci expliquerait donc cela. Du moins en partie. De l’avis de certains analystes, plusieurs raisons seraient à la base de la posture actuelle des regroupements politiques qui traînent encore les pieds, quant au dépôt des listes de leurs candidats aux législatives provinciales. Parmi ces causes apparentes du retard, la plus importante est celle liée à la caution que d’aucuns considèrent exorbitante. 
Parce que le jeu électoral se joue désormais au sein des regroupements politiques, la question qui se pose est celle de savoir combien, parmi toutes ces différentes plateformes créées pour la cause électorale, disposent de moyens financiers à la hauteur de leurs ambitions. En d’autres termes, combien de partis et regroupements politiques sont prêts à payer la caution de près de six cents dollars (600$US) non remboursables exigés aux candidats députés provinciaux ? 
Tout bien considéré, nombre de partis et regroupements politiques, pour n’avoir parié sur le respect du calendrier électoral, se trouvent devant l’impératif de parer au plus pressé pour ne pas rater le train des provinciales qui est sur le point de quitter la gare. Les Congolais étant généralement habitués à un empressement de la dernière minute, pas donc étonnant que les Bureaux de réception et de traitement de candidatures de la CENI connaissent une effervescence particulière ce week-end.

Forum des as

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Sama Lukonde à Goma pour réévaluer l’état de siège

Une forte délégation du gouvernement congolais conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge ...