Accueil » ACTUALITE » RENTREE PARLEMENTAIRE : KENGO OUVRE LA PLUS COURTE SESSION PAR UN MESSAGE DE PAIX

RENTREE PARLEMENTAIRE : KENGO OUVRE LA PLUS COURTE SESSION PAR UN MESSAGE DE PAIX

C’est un artisan de la paix, l’inusable Léon Kengo Wa Dondo, le premier des sages de la Chambre haute du Parlement. C’est du moins ce qui transparait, sans aucune ambigüité, dans son allocution d’ouverture solennelle de la session ordinaire de septembre 2018, le samedi dernier. La cérémonie s’est déroulée devant le gotha politique, diplomatique, judicaire et militaire de Kinshasa. Son maître-mot : la démocratie. Il la définit comme seul gage de la paix et de la stabilité du pays à laquelle les Congolais accordent une extrême importance. 

Cette démocratie commémorée le 15 septembre de chaque année à l’échelle mondiale, a coïncidé justement avec l’ouverture de la session ordinaire de septembre, essentiellement budgétaire, fait remarquer le Président des céans, Léon Kengo wa Dondo. Il fait aussi voir, à juste titre, qu’en cette période préélectorale toutes les forces vives de la nation sont appelées, dans une synergie patriotique, à galvaniser leurs potentialités autour d’un idéal commun. A savoir la construction d’une démocratie conformément aux aspirations du peuple congolais. 
Léon Kengo Wa Dondo ouvre la session ordinaire la plus courte du Sénat de la IIIème République. Car, elle ne durera que deux mois. En effet, les sénateurs devraient être libérés pour aller en campagne électorale du 22 novembre au 28 décembre 20018. Raison pour laquelle Léon Kengo Wa Dondo appelle ses pairs à faire preuve de plus de célérité dans l’examen des matières qui seront inscrites au calendrier de la session qui commence. 
Il les exhorte aussi vivement à garder la sérénité et la lucidité propres aux élus des élus dans l’ambiance survoltée de l’effervescence électorale. Ce qui veut-dire en d’autres termes que les sages de la Chambre doivent garder pied à terre. Il est aussi rappelé aux sénateurs qu’en tant que législateur, ils ont le devoir d’épuiser toutes les matières en litige pouvant avoir un impact négatif sur le processus électoral. 
La session est budgétaire. Aussi le Président du Sénat demande-t-il au gouvernement de déposer au Bureau de l’Assemblée nationale le projet de loi de Finances dans les délais prévus par la Constitution. C’est-à-dire tout au plus tard au 15 septembre 2018. Ce projet de budget doit être élaboré sur la base des indicateurs qui traduisent une expansion de l’économie. En effet, souligne Léon Kengo Wa Dondo, la reprise économique est actuellement portée par la hausse de prix de produits de base. Notamment le cuivre, le cobalt et le pétrole. 
Toutefois, au cours des dernières semaines, on a assisté à une tendance baissière des cours des matières premières. Ce qui caractérise le tableau économique dépeint par le Président du Sénat. C’est qu’au cours des derniers mois, on a connu des poussées inflationnistes qui se sont attenuées grâce à une politique monétaire et budgétaire stricte. On a constaté que sur le marché de change, la stabilité relative de la monnaie nationale face au dollar américain se poursuit. Les réserves de change restent par ailleurs satisfaisantes. Léon Kengo Wa Dondo a commencé son speech par une note triste en annonçant la mort dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 septembre à Kinshasa, du sénateur Louis-Martin Mwanza Mawete. KANDOLO M.

ALLOCUTION DU PRESIDENT DU SENAT, A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA SESSION ORDINAIRE DE SEPTEMBRE 2018
Honorables Sénateurs,
Avant toute chose, j’ai le regret de vous annoncer le décès de notre collègue MWANZA MAWETE Louis-Martin, survenu à Kinshasa, dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 septembre 2018.
A cette occasion, je vous prie de vous lever et d’observer quelques instants de silence.
Honorable Président de l’Assemblée Nationale et Estimé Collègue,
Monsieur le Premier Ministre,
Messieurs les Chefs de Corps,
Mesdames et Messieurs les membres des différentes institutions du pays,
Distinguées invité(e)s, en vos titres et qualités,
C’est en application des articles 115 de la Constitution et 74 du Règlement Intérieur du Sénat, que je procède ce jour, à l’ouverture de la Session ordinaire de septembre 2018.
Cette circonstance coïncide avec la journée Internationale de la Démocratie. C’est un événement d’une haute portée pour les congolais.
En cette période préélectorale, toutes les forces vives de la nation sont appelées, dans une synergie patriotique, à galvaniser leurs potentialités autour d’un idéal commun. Il s’agit de la construction d’une démocratie selon les aspirations de notre peuple.
Point n’est besoin de rappeler que la démocratie constitue le seul gage de la paix et de la stabilité, pour la République Démocratique du Congo.
Honorables Sénateurs et chers collègues,
Cette Session est la dernière de notre législature.
Son ouverture intervient à trois mois des scrutins attendus par tous.
Dans cette effervescence électorale, gardons la sérénité et la lucidité requises des Sénateurs que nous sommes.
En tant que Législateur, nous avons le devoir d’épuiser toutes les matières en litige pouvant impacter le processus électoral.
Honorables Sénateurs et chers collègues,
La Session de septembre est essentiellement budgétaire.
Selon l’article 126 de la Constitution, le projet de loi de Finances est déposé par le Gouvernement au Bureau de l’Assemblée Nationale, au plus tard le 15 septembre.
Ce projet de loi sera examiné sur la base d’indicateurs qui traduisent une expansion de l’économie.
Sur le plan national, la reprise économique est portée par la hausse des prix des produits de base que nous exportons, à savoir le cuivre, le cobalt, le pétrole.
On assiste cependant, ces dernières semaines, à une tendance baissière des cours.
Au cours des derniers mois, les poussées inflationnistes se sont atténuées grâce à une politique monétaire et budgétaire stricte.
Sur le marché des changes, la stabilité relative de la monnaie nationale face au dollar américain se poursuit. Les réserves de change demeurent satisfaisantes.
Tel est, succinctement, lé tableau économique de l’heure.
Honorables Sénateurs,
Avant de clore mon propos, j’aimerais rappeler que le calendrier des élections prévoit la campagne électorale du 22 novembre au 21 décembre 2018.
Il est donc possible que la clôture de cette Session intervienne avant terme, pour libérer les Sénateurs candidats.
Voilà pourquoi je vous réitère mon invitation à plus de célérité, dans l’examen des matières qui vous seront soumises.
Sur ce, je déclare ouverte la Session ordinaire de septembre 2018 et je vous remercie.
Forum des as

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tueries et insécurité à Béni : En colère, la population descend dans les zones rouges en commune de Ruwenzori

Répondant à l’appel des étudiants, la population de Béni est descendue jeudi 18 octobre, dans ...

Kasai Central-Meurtre des experts de Nations-Unies : un journaliste et un officier de l’armée à la barre

L’audience sur le meurtre des experts de nations unies s’est poursuivi jeudi 18 octobre 2018, ...

Nord-Kivu, insécurité : La progression d’une armée négative en direction de Beni subira l’expérience des forces armées (communiqué officiel, opération Sokola 1)

Dans un communiqué officiel rendu public jeudi 18 octobre, par le commandant du secteur opérationnel ...