Accueil » ACTUALITE » GRANDS LACS : LA RDC ET LE RWANDA ADOPTENT UN PLAN COMMUN DE CONTINGENCE SUR LA GESTION DES CATASTROPHES NATURELLES

GRANDS LACS : LA RDC ET LE RWANDA ADOPTENT UN PLAN COMMUN DE CONTINGENCE SUR LA GESTION DES CATASTROPHES NATURELLES

Les experts en gestion des catastrophes du Rwanda et de la RDC ont adopté le jeudi 19 juillet à Goma, le plan de contingence conjoint entre les deux pays à l’issue des travaux de validation technique. Ils ont également adopté le protocole d’accord relatif à la prévention et la gestion des catastrophes naturelles entre les deux pays, dont les copies ont été remises à chacune de deux parties pour appropriation au sommet des Etats, avant leur prochaine signature par les délégués des ministères congolais et rwandais ayant la gestion des catastrophes dans leurs attributions.

Une fois validés au sommet de deux Etats, ces textes vont permettre d’asseoir un cadre de collaboration entre la RDC et le Rwanda, notamment en matière de gestion des catastrophes naturelles, comme le volcanisme actif. En cas de catastrophe naturelle dans cette zone, le plan conjoint de contingence permettra de bien gérer la situation.

EN ATTENDANT LES SIGNATURES
Le coordonnateur provincial de la protection civile au Nord Kivu, Joseph Kambale Makundi, a tenu à assurer « qu’il n’y pas d’éruption volcanique en vue, mais que c’est une prévention prise par les deux pays pour bien gérer toute situation d’urgence pouvant survenir à la suite de n’importe quelle catastrophe ».

EVITER TOUT TATONNEMENT
La finalité de cette activité appuyée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) du coté RDC et du Rwanda avec l’expertise d’un délégué de la CEEAC et de la MONUSCO, est d’éviter tout tâtonnement, comme lors de l’éruption volcanique de 2002, a-t-il indiqué. José Kambale déplore à cet effet le fait qu’à cette époque la population de Goma s’était alors déversée à Gisenyi, au Rwanda, sans structures appropriées d’accueil, faute d’un plan de contingence approuvé par les experts de deux pays, obligés pourtant de vivre ensemble .
Pour le ministre provincial ayant dans ses attributions l’Administration du territoire au Nord-Kivu, Valérien Mbalutwirandi, l’élaboration des textes en diplomatie étant basée sur plusieurs règles, cette étape achevée constitue déjà un socle, en attendant l’analyse des textes au niveau des Etats afin qu’intervienne la signature. 
Il s’agit, selon lui, d’une étape importante franchie, au vu des risques identiques entre Kinshasa et Kigali, spécialement pour la ville de Goma en RDC et celle de Gisenyi au Rwanda. 
Le ministre a remis aux délégués des ministères congolais et rwandais chargés de la gestion des catastrophes, les deux textes élaborés à cette occasion, pour appropriation au sommet des Etats, avant leur prochaine signature. Il reste maintenant que le dossier soit analysé au niveau des Etats et qu’on puisse procéder à la signature.

PREPARER LES POPULATIONS ET LES SERVICES 
Rappelons que le 3 juillet 2017, le service de la protection civile du Nord Kivu a organisé un exercice de simulation d’évacuation des populations en cas d’éruption volcanique. Une façon de préparer les comportements et les attitudes de la population pour réduire les dégâts lors d’une prochaine éruption. 
« Nous faisons un exercice de simulation d’une éruption volcanique, afin de préparer les 500 familles qui sont sur d’éventuelles trajectoires de coulée de larve à comment se comporter en cas d’activité volcanique d’envergure », a déclaré Joseph Makundi, chef du service de Protection civile du Nord-Kivu.
Plus d’un millier de personnes ont participé à cet exercice d’évacuation. Sous le coup de 7h30, des sirènes ont retenti dans les quartiers Majengo, Kilidjiwe, Munigi, Turunga…Avec matelas, ustensiles de cuisines et meubles portés sur la tête pour d’autres, des animaux domestiques attachés, les habitants en deux colonnes humaines ont convergé vers le stade Afia où des tentes étaient plantées.
Des journalistes ont été également formés sur « Comment informer les populations en cas d’éruption : quelles attitudes, quels comportements, quels effets emportés ? » 
Le vice-gouverneur du Nord-Kivu, Feler Lutaïchirwa, avait appelé la population à observer scrupuleusement les consignes des experts de l’Observatoire volcanologique de Goma, qui surveillent de près les activités de ces volcans
La dernière éruption de Nyirangongo remonte à janvier 2002.

Forum des as

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Kengo n’élira pas automatiquement Shadary : il dit attendre la liste définitive des candidats présidents pour faire son choix

Pour le président du sénat congolais, qui intervenait ce mardi 21 août 2018 sur Rfi, ...

Présidentiel- 2018 : L’ex Premier ministre Samy Badibanga va dévoiler son programme de gouvernement ce mercredi

Candidat à la présidentielle du 23 décembre 2018, l’ex Premier ministre Samy Badibanga Ntita dévoilera ...

A Kananga, D. Sesanga insiste sur l’inclusivité des élections : « Rien ne donne le pouvoir à qui que ce soit d’exclure un autre congolais »

En séjour de travail dans la ville de Kananga depuis le week-end dernier, le secrétaire ...